Cameroun : Samuel Eto’o candidat à la présidence de la Fédération

Cameroun : Samuel Eto’o candidat à la présidence de la Fédération

Gloire du football africain et camerounais, Samuel Eto’o a décidé de passer un autre cap. Le triple champion d’Europe, deux fois à Barcelone et une fois à l’Inter Milan, s’est porté garant pour prendre la tête de la présidence de la Fédération Camerounaise de Football (FÉCAFOOT).

« Le monde avance sans nous »

Sur ses réseaux sociaux, le double champion d’Afrique a utilisé un texte publié en deux images pour faire part de sa volonté de diriger le ballon rond camerounais. « Il est temps de reconstruire notre football, a écrit Samuel Eto’o. Nous ne pouvons pas retarder la refonte de notre sport numéro un car le reste du monde avance et il avance sans nous ».

Pour un Cameroun plus grand

« Redonner au football camerounais sa grandeur » est le slogan du Lion Indomptable. Samuel Eto’o veut rendre au sport roi de son cher pays la splendeur qui lui est due. « J’y vois de grandes attentes, un appel urgent à mettre fin aux arguments stériles qui minent l’organisation harmonieuse de notre sport », a souligné le meilleur buteur de l’histoire de l’équipe nationale du Cameroun et de la Coupe d’Afrique des Nations.

Dans la continuité de ces termes vifs, Samuel Eto’o marchera vers la réconciliation. Par un ton encore plus décidé, le champion olympique va majorer son envie de relancer le volet domestique du soccer des quintuples champions d’Afrique : « Le souhait de nos citoyens est que nous regardions au-delà de nos intérêts égoïstes afin de relancer nos championnats locaux en assurant leur régularité, leur attractivité et leur visibilité ».

Les promesses de Samuel Eto’o

Au cours de son speech, Samuel Eto’o a également fait des promesses aux camerounais. Taclant un candidat qu’il a soutenu jadis, Seydou Mbombo Njoya en l’occurrence, le quadruple Ballon d’Or Africain va profiter de l’occasion pour réaffirmer son engagement total et à but non-lucratif au chevet de cette activité qu’il entend renchérir :

« Il y a trois ans, j’ai soutenu un projet qui, selon moi, semblait prometteur pour l’avenir de notre football, confesse S.E. Faisant le bilan de ses réalisations, je n’ai aucun regret, même si les attentes n’ont pas été comblées. Cependant, il est important de tirer les leçons de cet échec afin d’amener un changement maîtrisé et bien géré (…) Je présente ma candidature avec l’engagement sans précédent de ne pas empocher un centime des indemnités prévues pour le poste de président de la Fédération. Ces fonds seront alloués au développement du football amateur. […] Je suis candidat à ce poste afin d’attirer des financements externes et de ne pas réduire les revenus déjà maigres avec des charges inutiles. »