CHAN 2020 : le Cameroun bat la RDC et file en demie

Partagez !

CHAN 2020 : le Cameroun bat la RDC et file en demie

Après un avant-match tendu, puis un premier but encaissé, le Cameroun s’est réveillé et a repris vie dans son quart de finale du CHAN à domicile contre la RDC, samedi 30 janvier.

Les Lions indomptables l’ont finalement emporté face aux Léopards (2-1) grâce à Yannick N’Djeng et Félix Oukine. Le Cameroun jouera les demi-finales pour la première fois, face au Maroc ou face à la Zambie.

C’est peu dire que les 24 heures précédant ce choc RDC-Cameroun ont été tendues. Pas épargnés par les tests positifs au Covid-19 durant le premier tour de ce CHAN 2020, les Léopards ont vu rouge quand ils ont appris, à la veille de ce quart de finale, que 13 membres de leur délégation étaient encore positifs. De quoi irriter Theo Binamungu, le coordonnateur de la RDC, qui n’a pas hésité à parler de « tricherie », en particulier à propos du cas du sélectionneur Florent Ibenge, positif il y a quelques jours, négatif ensuite, et à nouveau positif avant ce quart de finale.

Les Congolais ont demandé une contre-expertise, dont les résultats sont tombés à quelques heures du coup d’envoi. Finalement, il n’y avait plus que trois cas positifs au nouveau coronavirus : les attaquants Karim Kimvuidi et Philippe Kinzumbi, et le kinésithérapeute Frédéric Masaro. Rassurant d’un point de vue sanitaire et sportif, mais pas assez pour faire retomber la colère des Léopards, suspicieux quant aux résultats donnés la veille avant d’affronter le pays organisateur.

Matampi se met à la faute

Cette polémique mise à part, la RDC, nation la plus titrée du CHAN, a entamé son match de la meilleure des façons à Douala. Alors que les Camerounais essayaient de prendre le jeu à leur compte, les Léopards ont glacé l’ambiance en ouvrant le score sur leur premier corner de la rencontre. Amédée Masasi a enroulé son centre au second poteau, où Kadima Kabangu, laissé seul, a pu reprendre de la tête. Le ballon a filé vers la cage et Makadi Glody Lilepo a prolongé sa course, de la tête aussi, jusqu’au fond des filets (21e).

Secoués par ce premier but, les Lions indomptables ont pu compter sur l’aide involontaire de Ley Matampi, le gardien congolais. Bien qu’expérimenté, le capitaine de la RDC a commis une erreur sur un corner adverse. Alors que le ballon était dans les airs, il n’a pas réussi à s’imposer au contact du solide Yannick N’Djeng. Ce dernier n’en demandait pas tant : profitant de la sortie ratée de Matampi, l’attaquant a pivoté et marqué (29e).

Oukine libère le Cameroun

L’ambiance s’est alors nettement réchauffée dans un stade Japoma aux tribunes très garnies de supporters locaux. La jauge de 25% maximum des 50 000 places a été sans doute bien dépassée. Et les fans camerounais ont pu exulter à nouveau peu après quand Félix Oukine, avec de la réussite, a inscrit le second but. Le milieu de terrain a récupéré le cuir dans les pieds de Jérémie Mumbere Mbusa et a déclenché son tir à plus de 25 mètres de la cage congolaise. Un Léopard en a dévié a trajectoire, permettant involontairement au Cameroun de prendre les commandes (41e).

Le reste de la rencontre a été favorable au pays-organisateur. La RDC n’a pas réussi à se procurer assez d’occasions dangereuses pour espérer refaire surface. Le Cameroun, lui, a eu quelques opportunités mais n’a pas su les concrétiser. Sous les yeux de Samuel Eto’o, Roger Milla et Issa Hayatou, les Lions indomptables de Martin Ndtoungou ont tenu jusqu’au bout leur succès. Après s’être arrêté deux fois en quarts de finale (2011 et 2016), le Cameroun se hisse pour la première fois en demi-finale du CHAN. Le 3 février, à Limbe, il se mesurera soit au Maroc, le tenant du titre, soit à la Zambie. Les Congolais, quelque peu désabusés, plient bagages.