Chelsea bat Arsenal et remporte la Ligue Europa


Chelsea, Arsenal, Ligue Europa

Malgré une première période assez équilibrée, Chelsea a clairement accéléré après le repos pour s’imposer facilement face à Arsenal (4-1) en finale de la Ligue Europa. Hazard a été énorme, Giroud aussi.

Pour Arsenal et Chelsea, cette finale de Ligue Europa à Bakou était l’occasion de valider le virage pris cet été. Et d’entamer un nouveau cycle de la plus belle des manières. Après dix mois de travail, Sarri et Emery allaient voir leur accomplissement être validé. Ou pas. La dure réalité de la vie d’entraîneur… Pour cela, le coach des Gunners alignait d’entrée Ozil. Et l’Allemand se voyait attribuer une drôle de besogne : suivre à la trace Jorginho afin de l’importuner lorsqu’il avait le ballon. Pendant près d’une demi-heure, le plan de jeu de l’Espagnol avait plutôt fonctionné, puisque les hommes de Sarri voyaient leurs circuits de relance court-circuités.

A relire: Le sublime but de Sadio Mané contre Chelsea

La barre de Xhaka, peut-être un tournant…

Dans un premier quart d’heure peu rythmé, les Gunners tentaient de faire vaciller des Blues sur la défensive. Kepa paraissait même fébrile sur un centre de Maitland-Niles (9e) et sur sa sortie face à Alexandre Lacazette, qui aurait bien pu coûter cher aux siens (18e). Seul Azpilicueta sortait du lot dans l’arrière-garde de Chelsea et tenait la baraque. Mais pourtant, malgré leur domination territoriale, les poulains d’Emery peinaient à apporter le danger et à se faufiler dans la surface adverse. Hormis Xhaka, qui envoyait une superbe frappe du pied droit sur la barre transversale (28e), aucun Gunner ne parvenait à installer le doute dans la tête des Blues. L’occasion était trop belle, mais elle n’était pas saisie.

A relire: Mercato: Arsenal aurait mis 30M€ pour Ismaila Sarr

Et pour cause, Chelsea laissait passer l’orage et se remettait la caboche à l’endroit après la demi-heure de jeu. Giroud s’offrait même la meilleure occasion jusque-là, en concluant un amour d’action collective des siens. Mais Cech veillait au grain (39e). Au sortir des vestiaires, le Français, meilleur buteur de la compétition, allumait la première mèche d’une superbe tête plongeante sur un centre d’Emerson (1-0, 48e). Le début d’un festival. Hazard, intenable, se jouait de la ligne défensive adverse et servait Pedro dans la surface. L’ancien Barcelonais ajustait Cech et doublait la mise (2-0, 60e). Cinq minutes plus tard, Arsenal continuait de sombrer et concédait un penalty. Hazard ne se faisait pas prier pour le transformer (3-0, 65e). Iwobi, d’une superbe demi-volée des 20 mètres, redonnait espoirs aux siens (3-1, 69e). Mais Hazard, en furie, s’offrait un doublé, consécutif à un magnifique une-deux avec Giroud, et parachevait la victoire des siens (4-1, 72e). La leçon est totale. Emery, triple vainqueur de la compétition avec le FC Séville, ne glanera pas une quatrième C3 cette année. Sarri, lui, si critiqué cette saison, peut exulter et savourer son premier succès en carrière.

Eden Hazard sur un nuage

Pour ce qui était sans doute sa dernière sous le tricot des Blues, Hazard a offert un récital. Et une deuxième Ligue Europa à Chelsea. Dans un grand soir, le Belge a été remuant, intelligent et imprenable, faisant vivre une bien mauvaise soirée à l’arrière-garde des Gunners. Ses nombreuses combinaisons avec Giroud ou encore Pedro ont rappelé à quel point le garçon était un incroyable joueur d’équipe, flamboyant dans les grands matches et capable de mener, d’accélérer, de temporiser comme bon lui semble. Son pouvoir créatif, sans égal sur le pré, a fait le plus grand bien aux Blues. Et comme si cela ne suffisait pas, l’ancien Lillois a planté deux pions et offert une offrande à son camarde Pedro. Un bilan statistique splendide, mais qui n’a d’égal que sa prestation dantesque. Après sept ans de bons et loyaux services à Chelsea, Eden Hazard peut partir la tête haute. Et avec le sentiment du devoir accompli. Chapeau l’artiste !

La ligne offensive des Gunners à l’agonie

Ils étaient attendus. Les deux ont sombré. Auteurs d’un parcours magnifique jusque-ici, Aubameyang et Lacazette ont cette fois brillé par leur inefficacité et même leur médiocrité par moments. Souvent à contretemps, ils n’ont jamais pesé sur la défense adverse. Leur association n’a pas fonctionné et, pire encore, elle s’est faite croquer par une arrière-garde des Blues à sa main au moment de défendre sa surface. Une soirée à vite oublier pour deux hommes qui avaient pourtant tant à prouver.

A relire: Eden Hazard élu Joueur de l’année par les supporters