Premier League : Manchester City donne une leçon aux Reds

premier League : Manchester city donne une leçon aux reds

Après vingt premières minutes compliquées, Manchester city de Pep Guardiola a surclassé Liverpool (4-0) grâce à ses ingrédients habituels. Une leçon pour l’honneur, néanmoins, puisque rien ne changera au classement.

L’enjeu étant bouclé, Guardiola n’a pas entamé la rencontre avec le même état d’esprit qui avait conduit ses joueurs à tenir un 0-0 affreux il y a deux ans. Au contraire, le cap était assez clairement donné à l’attaque. Et ce malgré une entame totalement red. Mais ni Salah, envoyé sur orbite par Van Dijk, ni Firmino, qui reprenait la frappe de l’Egyptien, ne parvenaient à tromper Ederson coup sur coup (4e). Un temps fort pas vraiment incisif conclu par une seconde frappe de Salah trouvant le montant droit du portier brésilien (19e). Pas de chance, la roue a tourné. Les hommes de Klopp, qui ont souvent pu compter sur le facteur chance dans les moments cruciaux cette année, ont ensuite vu le match changer de bord en même temps que De Bruyne accélérait le tempo des siens.

5 passes clés pour lui ce jeudi soir, synonyme d’une activation significative du mode «rose cochon» si cher aux supporters citizens. Sans parler de son penalty, transformé avec sang-froid (1-0, 25e), il brillait par son jeu de passes qui semble tout rendre si simple sur le rectangle vert. Deux assistances pour lui, pour Foden (voir plus bas) mais surtout Sterling. Profitant de l’appel de Foden, il surprenait son monde avec une passe verticale pour l’autre Anglais, dont la frappe était ensuite poussée par Oxlade-Chamberlain dans ses buts (4-0, 66e). À l’aise dans le 4-3-3 devenu 4-2-2-2 en fin de match, il montre que Manchester City, malgré un déficit de 20 points sur le champion, reste une équipe d’une très grande qualité – personne n’en avait douté, par ailleurs. Une performance qui ne change rien au classement mais risque d’influer sur le moral perfectionniste de l’entraîneur de Liverpool. Klopp fume, mais ne se consumera pas pour autant.

Foden, sans Silva tout va

Absent du terrain lors de la défaite à Chelsea, Foden continue de régaler le football post-Covid. Trois buts avant ce match, quatre désormais, accompagnés d’une nouvelle passe décisive. Des chiffres, mais surtout une grande qualité. À 20 ans, il a pris les clés des ailes et, par des décrochements bien sentis, est parvenu à faire briller les siens. À l’image de cette superbe passe pour Sterling, qui enrhumait ensuite Gomez (35e). Et puis son but, forcément. Rodri gêné dans l’axe, il proposait une solution intelligente avant de combiner avec De Bruyne. En état de grâce, le Belge remettait en une touche pour déposer Van Dijk. La finition, clinique du mauvais pied, venait récompenser l’Anglais d’une performance globale emballante. Clairement un titulaire en puissance.

Gomez, le soir sans

Pourtant très à l’aise toute cette saison aux côtés de Van Dijk, Gomez a souffert pendant 45 minutes face aux Skyblues. 45 minutes puisque Klopp a préféré arrêter les frais à la pause. Rien de plus logique, tant Sterling en a fait son quatre-heure. L’attaquant s’enroulait d’abord autour de lui avant de crocheter subtilement et d’obtenir un penalty (24e), avant de lui glisser la balle entre les jambes sur le deuxième but (35e). Le symbole d’un Liverpool étonnamment friable défensivement.