Ballon d’or : France Football dévoile sa Dream Team

Partagez !

Ballon d’or : France Football dévoile sa Dream Team

Il n’y aura pas de Ballon d’or en 2020. Ce décembre ne fera pas l’objet de vives discussions. Toutefois, France Football n’a pas oublié ses fans. Pour les faire patienter, son jury a notamment dévoilé une Dream Team de légendes.

Le classement

Avant de connaître ses titulaires, sachez que notre formation de superstars évoluera en 3 – 4 – 3  : deux latéraux, un libéro ; deux milieux centraux, deux milieux excentrés ; et trois attaquants. Un choix tactique résolument tourné vers l’avant qui démontre toute l’importance que le palmarès du prestigieux trophée accorde au secteur offensif.

Sur 63 lauréats :

– 3 sont des défenseurs : Beckenbauer (1972 et 1976), Sammer (1996) et Cannavaro (2006)
– 1 est un gardien de but : Lev Yachine

L’Équipe-Type (de gauche à droite)

– Gardien : Lev Yachine
– Défenseurs : Maldini – Beckenbauer – Cafu
– Milieux : Pelé – Lothar Matthäus – Xavi – Maradona
– Attaquants : Cristiano Ronaldo (CR7) – Ronaldo (R9) – Messi

Les coquilles

Dans l’arrière garde, à la place de Paolo Maldini et Cafu, Fabio Cannavaro et Matthias Sammer auraient été de meilleurs choix. Aux côtés du Kaiser, le champion du monde Italien et le champion d’Europe Allemand auraient logiquement dû reformer le trio des seuls défenseurs qui ont soulevé l’œuvre du bijoutier français Mellerio dits Meller.

Les « oubliés »

Choisir c’est renoncer. Les titulaires font forcément des malheureux sur la touche. Surtout lorsqu’on parle d’un effectif de rêve comme c’est le cas ici. Le Winning Eleven de la Dream Team laisse sur le côté des grands noms du sport roi tels que : Zidane, Cruyff, Platini, Ronaldinho, George Weah, Van Basten, Ruud Gullit, Gerd Muller, George Best, Di Stéfano, Raymond Kopa, Roberto Baggio, Paolo Rossi etc.

Les inévitables

Parler de football sans parler d’eux, c’est impossible. Maradona et Pelé sont les plus grands footballeurs de tous les temps. S’ils n’ont pas été Ballons d’or en jouant, c’est parce qu’entre 1956 et 1994, le Ballon d’or ne récompensait que les européens. Sinon le Brésilien aurait probablement remporté la récompense en 1958, 1962 et 1970 et l’Argentin en 1986 et 1990.