Bartomeu : « Le Barça était le club le plus précieux du monde »

Bartomeu : « Le Barça était le club le plus précieux du monde »

Le Barça traverse une grave crise financière. Le COVID est venu accentuer une situation qui selon certains, doit son origine à l’administration qui a précédée celle de Joan Laporta : la présidence de Josep Maria Bartomeu.

« La gestion a-t-elle été désastreuse ? »

En effet, l’ancien président du Barça, à l’issue de l’audit demandé par ses successeurs, avait été littéralement accusé d’avoir détruit Barcelone. « On a le sentiment que lorsque les joueurs ont signé, dénonçait notamment le directeur général Ferran Reverter, ils ne savaient pas s’ils pouvaient l’être, comme dans le cas de Griezmann, avec qui ils sont allés chercher un crédit de 85 millions d’euros pour couvrir le coût. Ou celui de Coutinho, avec 16,6 millions de plus de coût financier. Avec l’augmentation de la dette, nous devons ajouter d’autres engagements et divers passifs assumés par le club, qui augmentent de 1,3 milliard d’euros le passif au 31 mars 2021 ». Des accusations auxquelles M. Bartomeu a tenu à répondre :

« La gestion a-t-elle été désastreuse ? Je sais que c’est une expression que l’on brandit, mais elle a été très sérieuse et responsable, rigoureuse, avec un projet et un plan stratégique qui a été établi avant tout en 2015 », a réagi Bartomeu face aux journalistes de Mundo Deportivo, avant d’ajouter :

« La gestion sportive et l’ensemble du projet patrimonial, économique, social, etc. étaient la priorité. Nous avons fait beaucoup de projets, nous sommes le conseil d’administration qui a été le plus actif, mais à partir de mars 2020, cette gestion sérieuse et rigoureuse a été coupée par l’apparition de la pandémie, qui a réduit drastiquement les revenus. Et à partir de là, nous avons subi une réduction très importante ».

« Le Barça était le club le plus précieux du monde »

Convaincu d’être dans le vrai, Bartomeu ira jusqu’à parler de bonne gestion. Sa direction et lui étaient à la limite de la masse salariale mais gérait bien les circonstances, selon lui :

« Le club a commencé à souffrir, se souvient Bartomeu, aussi parce que nous étions dans les limites salariales de l’UEFA. Nous avions donc peu de marge de manœuvre pour prévoir cette situation, mais ce n’était pas une mauvaise gestion. Nous avons essayé de rivaliser avec les équipes de Premier League, qui étaient très fortes. Ces années-là, nous avons doublé nos revenus et atteint près de 1 000 millions, ce qui nous a permis de dépenser davantage pour les équipes masculines et féminines de football, de basket-ball, de handball, de futsal et de roller hockey, et d’avoir des équipes compétitives qui ont remporté de nombreux titres au fil des ans. »

« (…) Cela n’a pas été désastreux. Je ne le dis pas moi-même. LaLiga, l’UEFA dans son Fair Play financier et les auditeurs le disent. Les bénéfices ont été de l’ordre de 185 millions d’euros. C’est une bonne gestion. Le magazine Forbes a déclaré qu’en 2020, le Barça était le club le plus précieux du monde ».