Bayern Munich : ça chauffe déjà pour Julian Nagelsmann

Bayern Munich : ça chauffe déjà pour Julian Nagelsmann

L’entraîneur du Bayern Munich, Julian Nagelsmann, est déjà dans le dur. Le nouvel homme fort bavarois débute très mal avec les champions d’allemagne.

Même avec le retour de ses cadres comme Robert Lewandowski, Serge Gnabry et Leon Goretzka, le Bayern a été humilié par Naples 3-0 samedi lors de son dernier match de préparation.

«La préparation n’est pas facile, même avec les adversaires qu’on avait, c’est clair. Ça ne fait pas du bien. Vous (les observateurs, ndlr) devez prendre davantage en compte la première mi-temps. C’était correct. Nous étions clairement la meilleure équipe et nous avons bien joué, jusqu’au dernier tiers de cette période, où nous n’avons pas créé autant d’occasions. Il y en a eu deux tout de même. En deuxième mi-temps, nous avons marqué trois buts contre notre camp», a essayé de se justifier l’ancien entraîneur du RB Leipzig.

D’ailleurs les hommes de Julian Nagelsmann n’ont jamais été à la hauteur durant toute leur pré-saison, ponctuée par trois défaites face à Cologne (3-2) et Gladbach (2-0), à Naples 3-0) et un nul contre l’Ajax (2-2). Pour le technicien allemand, certains de ses joueurs ont surtout besoin de temps pour bien s’intégrer.

«Si vous regardez notre calendrier d’août et de septembre, nous avons beaucoup de matches. On va gérer la situation à ce moment-là, mais on n’a pas beaucoup de temps pour se préparer à tout ça, pour introduire de nouvelles choses. Je récupère une équipe qui va très bien, qui fonctionne très bien. Mais la plupart des joueurs ne nous ont rejoints que ces derniers jours. Il nous manque toujours les joueurs qui ont joué plus que les autres la saison passée. Nous n’avons eu que trois séances d’entraînement avec ceux qui viennent de nous rejoindre, il n’y a pas encore de rythme.»

Pour les jeunes joueurs, Julian Nagelsmann commence déjà à en dénicher quelques uns qui pourraient aider l’équipe, mais reonnait qu’il faut encore du temps pour d’autres.

«Nous en avons eu deux ou trois avec nous qui ont bien joué. Mais je ne citerai aucun nom. Eux aussi ont encore besoin de temps et ne sont pas encore prêts à jouer.»