Belmadi, coach Algérie: « On doit progresser en phase défensive… »

Djamel Belmadi, L’Algérie,  CAN 2019

L’Algérie, un des adversaires du Sénégal à la phase finale de la CAN 2019 (21 juin au 19 juillet), doit s’améliorer sur les balles arrêtées, a jugé le sélectionneur algérien Djamel Belmadi, faisant le bilan de la préparation de son équipe pour les médias du pays.

« On doit progresser en phase défensive sur les coups de pieds arrêtés, on a pris un but sur pénalty et un autre sur un corner, ce sont des buts regrettables et un aspect sur lequel on devra encore travailler », a analysé le technicien algérien, après la victoire 3-2 de son équipe dimanche contre le Mali pour son dernier match de préparation.

« Devant, il faudra être plus tueurs car des occasions on en a suffisamment eu pour faire le break, c’était une bonne opposition face à une équipe malienne qui se rapproche dans le jeu de celle du Sénégal », a souligné le sélectionneur algérien.

Sur le registre des satisfactions, Belmadi souligne la complémentarité entre les deux défenseurs de l’axe central.

« Aissa (Mandi) et Djamel (Benlamri) montrent après le match de la Tunisie et du Burundi, qu’ils forment une nouvelle paire complémentaire, mais on n’oublie pas qu’il y a une certaine concurrence qui peut nous apporter beaucoup derrière avec Mehdi Tahrat et Rafik Halliche », a-t-il ajouté le technicien.

La solidité défense « sera un bon atout pour la compétition », indique Belmadi, se disant « plus ou moins satisfait » de son milieu de terrain, « notamment en première mi-temps où on a eu une bonne période avec ce trio Ismael (Bennaceur), Mehdi (Abeid) et Sofiane (Feghouli) qui a pu pénétrer la zone adverse ».

« Il y a aussi Yacine (Brahimi) et même Youcef (Atal) qui n’hésitait à pénétrer dans l’axe », a-t-il ajouté.

Concernant Riyad Mahrez, « on l’a un peu touché dans son estime et il a su très bien répondre avec son entrée et sa passe décisive. C’est ce qu’on attend de lui, des passes décisives et des buts. Enfin, il y a Andy Delort première entrée, premier but, il n’y a rien à dire de plus », a-t-il poursuivi.

Le technicien algérien a par ailleurs évoqué « les conditions climatiques », affirmant être content de la réaction de ses joueurs qui ont fait leur préparation au Qatar, pays dans lequel « il fait 5-6 degrés de plus qu’en Égypte avec un peu plus d’humidité ».

« Ici (Qatar), les stades sont climatisés et j’ai proposé aux joueurs la possibilité de l’utiliser pour ces deux matchs et ils étaient tous d’accord pour s’en passer », s’est-il réjoui.

Outre le Sénégal et l’Algérie, les équipes du Kenya et de la Tanzanie, premier adversaire des Lions dimanche prochain, sont les autres équipes de la poule C de la CAN 2019.