Cas Aubameyang, Mikel Arteta confirme qu’il n’est pas un dictateur

Cas Aubameyang, Mikel Arteta confirme qu'il n'est pas un dictateur

L’entraineur d’Arsenal, Mikel Arteta, a nié avoir agi autoritairement concernant les sanctions imposées à Pierre-Emerick Aubameyang.

Aubameyang a été déchu de son poste de capitaine plus tôt ce mois-ci et a raté les quatre derniers matchs du club Londonien contre Southampton, West Ham United, Leeds United et Sunderland.

La raison de cette décision prise par Mikel Arteta a été décrite dans un communiqué du club comme étant une réponse à une prétendue violation disciplinaire commise par l’attaquant Gabonais.

Et jusqu’à présent, le technicien Espagnol reste sur sa position, Aubameyang est écarté du groupe et il s’entraîne seul avant de partir pour la Coupe d’Afrique des nations prévu en janvier. Cependant, Mikel Arteta a nié avoir agi comme un dictateur.

“Je suis sûr que ce n’est pas le cas. Je ne fais pas preuve d’autorité en agissant comme un dictateur ou en étant cruel », s’est défendu Mikel Arteta.

Mikel Arteta n’a pas pu tolérer une violation commise par Pierre-Emerick Aubameyang car c’était trop et ne tenait pas compte des deux principes de base. Les deux principes sont le respect et l’engagement. Pour l’homme de 39 ans, ces deux choses sont le principal atout.

« Je ne demande que du respect et de l’engagement. Juste ça. Et si vous ne le demandez pas à ce niveau, je pense que je fais mes valises et que je vais ailleurs, car c’est le minimum que vous pouvez demander », a déclaré Mikel Arteta. « J’attends cela de tous ceux qui travaillent au club. Moi y compris. Et le jour où je ne fais pas ça, je franchis cette porte et je vais faire autre chose, c’est clair”.

De l’avis de Mikel Arteta, Aubameyang a ignoré ces deux principes. Cependant, il est très important et fondamental pour tout travail.

“Pour réussir, il faut avoir de la passion et vraiment vouloir jouer pour ce club. c’est le niveau minimum qu’il faut apporter. Je ne demanderai à personne de mettre le ballon dans la lucarne à chaque fois qu’il le frappera, mais je lui demanderai de faire les bonnes choses chaque jour pour ce club. Ça c’est sûr”, a conclut Mikel Arteta.