Course au titre : Ce sérieux handicap qui peut coûter cher au Barça

Course au titre : Ce sérieux handicap qui peut coûter cher au Barça

Le constat est bien réel ! Quique Setien a du mal à trouver des références et des leaders dans le vestiaire, alors que le Barça et le Real sont dans une course très serrée pour le titre de Liga.

Hormis la figure incontestable Lionel Messi, sur le terrain et en dehors du terrain, Sergio Busquets et le capitaine Gerard Piqué, les autres joueurs restent à l’arrière-plan lorsqu’il s’agit d’assumer le rôle de leadership dans l’équipe.

Oui, la vérité est qu’à Barcelone, ils ont remarqué des lacunes et des déficits en matière de trouver des références.

Le quotidien a dressé les portraits de cinq types de leaders « obligatoires » au sein du groupe pour mener l’équipe vers le succès et les titres:.

Le premier est un « leader social », celui qui «crée un environnement de travail qui favorise l’apprentissage et la performance». Ce rôle est heureusement bien rempli par Sergio Busquets.

Le deuxième type de leadership est appelé «leader psychique», capable de changer l’atmosphère dans le groupe. En clair, un joueur qui encourage ses coéquipiers et les encourage en cas de problème. C’est clairement Gerard Piqué qui assure ce rôle au Barça.

Le troisième est «le leader engagé», celui qui montre la voie au reste de l’équipe. Évidemment, Luis Suárez et Arturo Vidal seraient les joueurs idéaux, mais malheureusement…

Le quatrième est le «leader stratégique», celui qui s’implique sur le terrain comme le fait l’entraîneur sur le banc. Ici, nous avons à nouveau un certain dysfonctionnement, car il se présente a priori comme Sergio Busquets comme la personne qui a assumé ce rôle, mais avec certaines nuances.

Et le dernier leader dont l’équipe a besoin est parfaitement défini et même surexploité. Nous parlons du «leader décisif», celui qui, par son talent, résout les situations difficiles. Évidemment, Lionel Messi se démarque des autres. Le seul joueur capable de déséquilibrer le jeu et qui prend l’entière responsabilité aux moments les plus critiques.

Le vestiaire a besoin d’un plus pour recadrer le groupe. Si le leader agit en baissant la tête ou avec des messages individuels ou collectifs négatifs, les autres réagissent souvent avec manque de confiance…