Fifa : Le rapport qui accable le Président Infantino

Fifa : Le rapport qui accable le Président Infantino

Dans son rapport d’enquête, l’Autorité de surveillance du parquet suisse estime qu’un ami du président de la Fédération internationale de football, Gianni Infantino, a cherché à avoir des informations, pour le compte de ce dernier, en juillet 2015, sur les procédures en cours.

Un article publié par Le Monde indique que l’Autorité de surveillance du parquet suisse accuse Gianni Infantino d’avoir bénéficié d’informations, en 2015, concernant les affaires minant la FIFA avant son élection.

Gianni Infantino est, aujourd’hui, sous le feu des projecteurs. Et pas pour les bonnes raisons. Ce samedi, Le Monde a publié un article dans lequel l’actuel président est accusé, par l’Autorité de surveillance du parquet suisse, d’avoir bénéficié de précieuses informations sur la FIFA, le 8 juillet 2015, alors qu’il était intéressé pour s’emparer du poste.

L’Italo-Suisse, alors secrétaire général de l’UEFA, aurait profité de sa relation amicale avec Rinaldo Arnold, premier procureur du Haut-Valais, pour que ce dernier prenne connaissance auprès du procureur général, Michael Lauber, des dossiers et enquêtes visant la FIFA et savoir s’il était justement visé par ces procédures.

La défense de Michel Platini demande que Gianni Infantino (FIFA) soit entendu par la justice suisse
Par la suite, trois rendez-vous informels ont été organisés entre Michael Lauber et Gianni Infantino, alors que celui-ci avait entre-temps été élu président de l’instance, en février 2016. Et Infantino, pour remercier Arnold des renseignements donnés, s’est « montré très reconnaissant envers lui. » Arnold a, par exemple, été invité à un match à Wembley ou à un tirage au sort des 8es de finale de la Ligue des champions.

Gianni Infantino a commandé un audit, jamais publié, qui éclaire sur les abus au sein de l’instance