Humiliation pour Griezmann ? Un dirigeant rejette et défend Setién

Humiliation pour Griezmann ? Un dirigeant rejette et défend Setién

L’entrée en jeu très tardive d’Antoine Griezmann, mardi face à l’Atlético de Madrid, est une décision technique qui prouve la profondeur de banc de l’équipe, selon le dirigeant Guillermo Amor.

Ne lui parlez pas d’humiliation. Pour Guillermo Amor, directeur des relations institutionnelles du FC Barcelone, l’entrée en jeu d’Antoine Griezmann à la 90e minute du match face à l’Atlético de Madrid (2-2), mardi est purement technique.

« L’entraîneur a jugé approprié qu’il entre au dernier moment »

« Comment j’interprète l’entrée en jeu de Griezmann? J’interprète que l’équipe de Barcelone est large et très forte et que l’entraîneur a jugé approprié qu’il entre au dernier moment. Ce sont des décisions techniques. L’entraîneur a pris cette décision et il n’y a rien d’autre dire », a déclaré l’ancien milieu de terrain du club (1988-1998), membre de la « Dream Team » de Johan Cruyff en 1992.

« Tous les footballeurs veulent toujours avoir plus temps de jeu, a-t-il ajouté. C’est le Barça, une équipe de haute qualité et vous jouez ou ne jouez pas. Ce qui est clair, c’est que vous ne pouvez jamais vous relâcher. »

Le dirigeant a donc tenté de désamorcer une situation difficilement très tendue pour les Catalans, qui pourraient compter quatre points de retard sur le Real Madrid, ce mercredi soir. Mardi soir, Griezmann a été placé sur le banc des remplaçants au coup d’envoi du match pour la troisième fois lors des quatre dernières rencontres. Il n’est entré en jeu qu’ à la 90e minute en remplacement d’Arturo Vidal.

A relire : 

Setien ne va pas lui présenter ses excuses

« C’est un joueur important, c’est vrai que c’est dur de le faire entrer ainsi, pour un joueur de son niveau, s’est défendu Setien à l’issue du match. Mais les circonstances m’ont obligé à faire cela. J’aurai pu prendre une autre décision, ne pas le faire entrer par exemple, mais tu as toujours l’espoir qu’un joueur comme lui peut faire une action ponctuelle qui te permette de gagner le match. Demain, je parlerai avec lui. Je ne vais pas lui présenter mes excuses, parce que c’est une décision que je dois assumer, mais je suis sûr que c’est une décision qu’il comprendra, car c’est un grand joueur, un grand professionnel et un grand homme. »