JO : la France s’offre l’Afrique du Sud dans un match fou

JO : la France s'offre l'Afrique du Sud dans un match fou

La France a eu chaud, mais la France s’en est sortie face à l’Afrique du Sud ce dimanche 4-3 à l’occasion de son deuxième match dans ces Jeux Olympiques.

L’équipe de France olympique de football peut remercier André-Pierre Gignac, auteur d’un triplé dans un match où la France a été malmenée du début à la fin.

Mais les coéquipiers de Thauvin ont eu finalement le dernier mot en s’imposant sur le score de 4-3 face à l’Afrique du Sud, dans une rencontre où tout s’est joué dans le le dernier quart d’heure.

Il fallait à tout prix faire mieux que jeudi dernier. Les Bleuets avaient tout simplement été humiliés par la sélection mexicaine sur le score de 4-1, réalisant donc une entrée en matière catastrophique dans la compétition. S’il y a quelques circonstances atténuantes que l’on peut trouver au groupe de Sylvain Ripoll, comme le fait que la majorité des joueurs retenus n’a jamais joué ensemble auparavant, l’image laissée par cette équipe tricolore avait été assez ridicule. Face à l’Afrique du Sud, sortait un onze où on retrouvait notamment Savanier, Tousart, Thauvin, Gignac, Mbuku et Kolo Muani devant. En face, les Sud-africains, qui s’étaient inclinés face au Japon sur le score de 1-0, avaient eux un onze principalement composé de joueurs évoluant au pays.

La rencontre démarrait un peu mieux cette fois pour les Bleuets, avec une volonté de dominer d’entrée et quelques situations chaudes signées Savanier, sur coup franc (4e), et Thauvin (7e). En face, il y avait du répondant tout de même, avec cette frappe puissante de Luther Singh au quart d’heure de jeu. Peu à peu, le duel s’équilibrait. La sélection africaine allait même commencer à se procurer de sérieuses occasions, à l’image du tir de Makgopa sur le poteau droit de Bernardoni (23e) ! Kodisang, lui, mettait le feu dans la surface tricolore, et sa première tentative était repoussée par le portier français (25e), alors que la deuxième frôlait le poteau (26e). Les Bleuets étaient vraiment en difficulté.

Une fin de match de folie !

La France s’en sortait même très bien, puisque sur ce penalty, conséquence d’une faute de Lucas Tousart dans la surface, Luther Singh écrasait le cuir sur la barre (41e) ! André-Pierre Gignac et compagnie n’étaient clairement pas malheureux, puisqu’ils terminaient cette première période sur un fil rouge très dangereux. A la pause, ce score de 0-0 n’était pas vraiment mérité pour la sélection sud-africaine, bien supérieure à l’écurie tricolore sur la pelouse du Saitama Stadium 2002. Une fois encore, l’animation offensive française était morne, et il ne se passait tout simplement rien quand les Bleuets avaient la balle. Au retour des vestiaires, s’il y avait cette reprise de Gignac, c’est bien l’Afrique du Sud qui allait frapper. Kobamelo Kodisang battait Michelin et profitait de la sortie ratée de Bernardoni pour s’en aller pousser le ballon dans les buts vides (0-1, 53e).

Heureusement pour les Bleuets, Dédé Gignac n’avait pas l’intention d’essuyer une nouvelle défaite, et le buteur des Tigres profitait d’un bon centre de Randal Kolo Muani pour catapulter le cuir au fond, signant son deuxième but dans la compétition (1-1, 57e). Pas de quoi abattre les Bafana Bafana qui continuaient d’attaquer, et l’inévitable arriva… Côté droit, Kobamelo Kodisang centrait en force et trouvait Evidence Makgopa au premier poteau. Ce dernier plaçait le ballon dans la lucarne opposée, sans trembler (1-2, 73e). Une fois encore, Gignac allait sortir la cape dé héros et égalisait d’une belle tête (2-2, 78e). Mais, bis repetita. Cette fois, c’est Teboho Mokoena qui faisait mal aux bleus avec un missile en pleine lucarne (2-3, 83e). Un véritable golazo qui ne scellait cependant pas la victoire sud-africaine, puisque quelques minutes plus tard, Arnaud Nordin obtenait un penalty transformé par… Gignac (3-3, 86e) ! Dans le temps additionnel, c’est Téji Savanier qui scellait le succès français après une remise en retrait de Kolo Muani, lui même servi par Gignac (4-3, 90e+2). Un succès qui permet aux Bleus de revenir dans la course pour la qualification en quarts !