Karim Benzema remporte le Ballon d’Or

Karim Benzema remporte le Ballon d'Or

Karim Benzema remporte son premier Ballon d’Or. Il vient récompenser le travail de toute une vie.

Il aurait pu se perdre, notamment au sortir d’une saison 2017-2018 très difficile qui l’a vu rater la Coupe du Monde et n’inscrire que 5 buts en Liga. Il aurait pu baisser les bras, y compris lorsque le Real Madrid recrutait systématiquement un attaquant de pointe pour le remplacer, de Raul à Jovic en passant par Huntelaar et Higuain. Il aurait pu abandonner, alors que l’Équipe de France se refusait encore désespérément à lui… mais il n’en a finalement rien été.

Un Ballon d’Or en guise de consécration pour Karim Benzema

S’il est aujourd’hui considéré comme le meilleur attaquant du monde, Benzema le doit avant tout à sa capacité de résilience. Il a su capitaliser sur ses qualités, à savoir une frappe de balle précise et clinique, un sens du but inouï et un jeu sans ballon toujours irréprochable.

Ce sont ces mêmes qualités qui lui ont fait inscrire 27 buts et délivrer 12 passes décisives en Liga la saison passée, tout en marquant (surtout!) 15 buts en seulement 12 matchs d’une Ligue des Champions qu’il a pu gagner pour la 5ème fois, un record.

Ce retour en grâce en Espagne n’aurait pas été complet sans un retour en Équipe de France. À la surprise générale, Karim Benzema a ainsi été rappelé par Didier Deschamps, qui expliquait alors avoir pu discuter avec lui. Il s’y montre également décisif, remportant la Ligue des Nations avec la France et y retrouvant une place de titulaire indiscutable à la pointe de l’attaque.

Ce week-end, Benzema a, encore et toujours, fait taire les premières critiques de l’année en marquant face au Barça lors du Clasico, certes, mais en délivrant encore une prestation pleine mettant en valeur ses qualités techniques très fortes, surtout. La Coupe du Monde a venir pourrait bien être le couronnement d’une carrière placée sous le signe du combat pour un Benzema à qui rien n’a été pardonné, mais qui aura su s’arracher pour prouver que lui aussi était un très grand joueur.