Un journaliste africain demande à Jürgen Klopp de s’excuser. Il se défend

« La CAN un petit tournoi », un journaliste africain demande à Jürgen Klopp de s’excuser. Il se défend

Qualifiant la CAN de petit tournoi, Jürgen Klopp s’est attiré les foudres de l’Afrique du football. Une colère qui a donné lieu à une altercation entre le technicien allemand et un journaliste africain.

« Vous devez des excuses au continent »

Son nom est Ojora Babatunde. Présent lors de la conférence de presse qui a succédé à la victoire de Liverpool sur le FC Porto en Ligue des Champions (2-0), le chroniqueur sportif qui a notamment travaillé pour Goal et la BBC, a pris la parole pour demander à Jürgen Klopp de s’excuser : « Je pense que c’est une insulte aux joueurs, une insulte aux fans, une insulte aux habitants du continent et je pense que vous devez des excuses au continent », a-t-il déclaré. Et Jürgen Klopp de répondre :

« Tout va bien, je ne le pensais pas comme ça. Je ne sais pas pourquoi vous ne le comprenez pas comme ça pour être honnête. Ce n’est même pas proche, ce n’était pas l’idée dans mon esprit de parler de la CAN comme d’un petit tournoi ou de parler du continent africain comme d’un petit continent, pas du tout. »

« Ce que je voulais dire, c’est que les gens ont dit, et si vous regardez la conférence de presse complète, si vous vouliez la comprendre de la bonne façon, vous auriez pu le comprendre de la bonne manière parce que j’ai dit qu’il n’y avait plus de pause internationale avant mars – alors j’ai dit ‘oh, il y a un petit tournoi en janvier’. »
« Je ne voulais pas dire un petit tournoi, je veux juste dire que vous dis-le quand il y a encore un tournoi, c’est ironique. Il y a encore un tournoi, un grand tournoi où nous perdons nos meilleurs joueurs », a expliqué le manager de Liverpool, sans vraiment convaincre son interlocuteur. S’en est suivi un échange inaudible, comme le montre la vidéo publiée par M. Babatunde sur son compte Twitter. Un dialogue à l’issue duquel Klopp va conclure :
« Je ne suis pas un locuteur natif, mais si vous voulez me comprendre mal, vous pouvez le faire tout le temps. Je sais que je ne penserais jamais comme ça. Je ne comprends pas pourquoi vous avez pensé comme ça, mais ce n’est vraiment pas correct. Je ne le ferais pas, mais c’est tout maintenant. Ce n’était pas mon intention, mais vous en avez fait quelque chose et ce n’est pas cool à 100% pour être honnête. »