Le poignant témoignage de Rüdiger face au racisme

Le poignant témoignage de Rüdiger face au racisme

Deux mois après avoir été victime d’insultes racistes sur le terrain de Tottenham, le défenseur de Chelsea Antonio Rüdiger constate avec amertume l’impuissance et l’inertie des autorités face au fléau.

Le racisme, Antonio Rüdiger se l’est pris en pleine tête lors du dernier Boxing Day, alors que Chelsea affrontait Tottenham. Dans la foulée, le défenseur allemand des Blues a clamé son indignation sur les réseaux sociaux: « Je pense qu’il est vraiment très important d’en parler en public. Sinon, ce sera une nouvelle fois oublié dans quelques jours. J’espère vraiment que les coupables seront bientôt retrouvés et punis, et dans un stade aussi moderne que le Tottenham Hotspur Stadium avec des dizaines de caméras de sécurité, ça doit être possible de les trouver et de les sanctionner. Sinon, il doit y avoir eu des témoins dans le stade qui ont vu et entendu l’incident. C’est une honte que le racisme existe encore en 2019. Quand cette aberration va-t-elle s’arrêter ? ». Et si une enquête a bel et bien été ouverte par les autorités londoniennes, cette dernière n’a tout simplement pas abouti.

A relire : Racisme dans les stades: Capello pour une réclusion à vie

Aujourd’hui Antonio Rüdiger prend ouvertement la parole dans les pages du Guardian pour dénoncer le fatalisme ambiant face au racisme. « Je suis très prudent avec les enquêtes. Je ne suis pas policier. Je ne veux pas dire qu’ils ont mal fait leur travail parce que je ne suis pas en mesure de le faire. J’espère qu’ils ont tout essayé et que les gens font toujours leur travail correctement. Il ne s’est rien passé et pour être honnête, ce n’est pas une surprise. Ces gens doivent être punis. Ils ont besoin d’être éduqués. C’est un manque d’éducation. Nous avons tous échoué dans ce domaine, même les médias. »

« Si vous me huez à cause de cela, alors vous êtes minable. Je suis désolé, c’est un signe que nous avons un très gros problème. C’est triste », martèle le natif de Berlin qui possède des origines sierraléonaises. Un joueur qui a également vécu le racisme en Italie tandis qu’il évoluait à la Roma et qui s’avoue bien seul face à la bêtise de certains. « A la fin de la journée, je suis seul face à ça et c’est à moi de le digérer. J’ai l’impression que ce sera toujours comme ça. Pour moi, dans ce cas, le racisme a gagné. […] Je ne veux offenser personne. Mais vous ne comprendrez jamais ce qui me vient à l’esprit dans ces moments. Ou dans l’esprit des autres joueurs noirs. Je suis seul, totalement seul. C’est bien si les gens parlent pour moi mais, en fin de compte, cela va recommencer… »

A relire : Kalidou Koulibaly, muraille du Naples et symbole de l’anti-racisme en Italie