Le Real Madrid, le Barça et la Juve célèbrent la décision de la justice

Le Real, le Barça et la Juve célèbrent la décision de la justice

Le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus de Turin ont publié simultanément une déclaration officielle commune pour célébrer le fait que les tribunaux ont annulé toutes les sanctions et punitions imposées par l’UEFA aux trois clubs fondateurs de la Superligue européenne. Cette décision a été précédée de plusieurs revers devant les tribunaux.

Le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus, membres fondateurs de la Super League européenne, ont publié une déclaration commune sur leurs réseaux sociaux dans l’après-midi du 30 juillet. Ils l’ont fait pour saluer la décision du tribunal de rejeter toute sanction qui leur aurait été imposée par l’UEFA suite à leur tentative de créer un nouveau championnat continental aux côtés de la Ligue des champions et de la Ligue Europa.

Les trois entités se font l’écho du fait que les procédures disciplinaires à l’encontre des équipes ont été définitivement closes et qu’elles ne sont pas tenues de payer quoi que ce soit à l’instance suprême du football européen. En effet, le texte indique que la Cour de justice de l’Union européenne à Luxembourg examinera si la direction actuelle de l’UEFA constitue un monopole sanctionnable.

En outre, il est facile de percevoir le ton de frustration à l’égard de l’institution dirigée par Aleksander Ceferin : « menaces constantes », jugements de valeur sur la subjectivité de l’organe lorsqu’il s’agit d’adopter ses résolutions ? Le ton continue à être désagréable entre les « merengues », les « blaugranas » et les « bianconeri » avec l’UEFA.

Le communiqué complet :

« Le Barça, la Juventus et le Real Madrid se déclarent satisfaits de la décision judiciaire rendue aujourd’hui, ordonnant à l’UEFA de révoquer, avec effet immédiat, toutes les mesures qu’elle a entreprises à l’encontre des clubs fondateurs de la Super Ligue Européenne, dont la clôture définitive de la procédure disciplinaire à l’encontre des trois clubs, et de lever les amendes et les autres restrictions imposées aux neuf autres clubs fondateurs afin qu’ils ne fassent plus l’objet de procédures disciplinaires de la part de l’UEFA.

De cette manière, les tribunaux ont à nouveau confirmé la position des promoteurs de la Super Ligue Européenne et rejeté l’appel de l’UEFA, confirmant ainsi l’avertissement adressé à l’UEFA selon lequel le non-respect de cet arrêt pourrait entraîner des sanctions financières et une responsabilité pénale. La plainte sera étudiée par la Cour de Justice de l’Union Européenne au Luxembourg, qui examinera la position de monopole de l’UEFA sur le football européen.

Nous avons le devoir de relever les défis auxquels le football est confronté. L’UEFA s’est attribuée la position exclusive de régulateur, d’opérateur et d’unique propriétaire et gestionnaire des compétitions de football européennes. Cette position de monopole entraîne des conflits d’intérêts et nuit gravement au football et à son équilibre concurrentiel. Comme cela a été démonté à de multiples occasions, les contrôles financiers sont inadéquats et n’ont pas été appliqués de manière objective. Les clubs qui participent aux compétitions européennes ont le droit de gouverner leurs propres compétitions.

Nous sommes satisfaits de savoir, qu’à l’avenir, nous ne serons plus soumis aux menaces permanentes de l’UEFA. Nous restons engagés dans l’objectif de développer le projet de Super Ligue Européenne de manière constructive et solidaire, prenant en compte les supporters, les joueurs, les entraîneurs, les clubs, les championnats, les associations et fédérations nationales et internationales. Nous sommes conscients que certains éléments de notre proposition doivent être reconsidérés et, bien entendu, améliorés par le dialogue et le consensus. Nous demeurons confiants quant à la réussite d’un projet qui sera toujours respectueux des réglementations de l’Union Européenne. »