Le Real Madrid se réjouit de la défaite de Barcelone

Le Real Madrid se réjouit de la défaite de Barcelone

Barcelone ne remportera pas la Ligue Europa cette année. Les Blaugrana ont été éliminés par une surprenante équipe de Francfort. Le Real Madrid est comblé.

« Le Barça, c’est une autre histoire… »

La Maison Blanche s’est sans aucun doute régalée devant la défaite de son éternel adversaire le FC Barcelone. Xavi n’a pas su, dans son jardin, sortir une équipe qui semblait pourtant à sa portée. Mené 3-0 à domicile, le Barça, favori de la compétition, a finalement été battu 3-2 après 100 minutes de jeu. Le technicien catalan n’a pas réussi à mettre à contribution cette pique qu’il avait lancée aux Merengues derrière leur qualification pour les demi-finales de la Ligue des Champions, arrachée in-extremis face à Chelsea sur le même score :

« Le Barça, c’est une autre histoire, ça n’a rien à voir. Nous avons l’obligation de gagner et de bien jouer parce que c’est que nous dicte notre histoire. 1-0, ce n’est pas suffisant pour nous. C’est Barcelone et nous devons être excellents en tout. C’est pourquoi c’est le club le plus difficile du monde, le plus exigeant. Il n’y a aucune comparaison possible. Il n’existe aucun club au monde comme celui-ci. Gagner en jouant bien. C’est ça qui est difficile », avait alors lâché la légende Alzugrana. Et Jorge Valadano, ancienne gloire du Real Madrid, de lui répondre sur Movistar Plus :

« Bien sûr que Barcelone n’est pas le club le plus difficile du monde. Le club le plus difficile du monde est celui qui a l’obligation de toujours gagner : et c’est le Real Madrid. Le Real Madrid gagne une Liga, et c’est peu. Ils gagnent la Ligue des champions et les gens pensent déjà à ce qui va se passer l’année suivante. C’est comme ça en permanence. En tout cas, je pense que c’est un discours très intelligent pour la consommation interne, pour les fans de Barcelone. Je pense que c’est très sage. Il est certain que cela va générer une controverse, il y aura des gens de l’autre côté qui penseront comme moi ».

Espagne : Pedri assure le futur de Barcelone