Les cinq grands travaux qui attendent Xavi au FC Barcelone

Les cinq grands travaux qui attendent Xavi au FC Barcelone

Xavi, qui est choisi pour remplacer Ronald Koeman au FC Barcelone, aura la lourde tache de redresser un groupe en perte totale de confiance.

Un chantier monumental l’attend du côté du Nou Camp.

Six ans après l’avoir quitté, Xavi va effectuer son grand retour à Barcelone prochainement. Après avoir refusé le poste en 2019, en prétextant qu’il n’était pas encore prêt pour cette importante mission, le jeune coach espagnol est prêt à succéder à Ronald Koeman sur le banc des Blaugrana. A seulement 41 ans, ça sera pour lui une véritable consécration. Mais c’est un aboutissement personnel qui s’accompagne de grandes responsabilités.

Xavi ne débarque pas à Barcelone dans la meilleure période. Et c’est un euphémisme que de le relever. Le contexte est même particulièrement critique, puisqu’outre la crise sportive le club est aussi confronté à une sérieuse phase d’austérité en raison des problèmes financiers qu’il rencontre. Pour un nouveau coach, c’est un environnement tout sauf idéal. Mais l’ancien joueur de l’équipe est parfaitement au fait de ces contraintes. Malgré cela, il a la ferme volonté de rendre au Barça son lustre d’antan. Et dans cette optique, il y a au moins cinq tâches qu’il doit mener à bien, sous peine d’échouer à son tour et connaitre le même sort que ses prédécesseurs.

Xavi doit redonner la confiance à son groupe

La première chose qui incombe au futur ex-entraineur d’Al Sadd c’est de remonter le moral des troupes. Dans l’immédiat, et afin d’inverser la mauvaise dynamique, la priorité est de créer un climat propice aux bonnes performances. Cela ne peut être effectif que si les joueurs croient en son projet et décèlent un changement positif avec l’atmosphère qui régnait auparavant. Bien sûr, ce sont surtout les résultats qui vont aider l’équipe à se porter mieux, mais il s’agit d’un cercle vertueux impliquant le rendement sur le terrain et l’état d’esprit affiché. De la même façon qu’un cercle vicieux s’est installé à force d’enchainer les faux-pas. D’entrée, Xavi sera donc amené à montrer ses qualités de leader, en même temps que sa capacité à réveiller et à mobiliser tout un vestiaire.

Identifier ses principaux relais sur le terrain

Pour faire passer son message, l’entraineur espagnol va très certainement devoir s’appuyer sur quelques tauliers. Et pour cela, il y a déjà besoin de bien les identifier. S’il était arrivé quelques années plus tôt, la mission en question n’aurait pas été compliquée. Il lui aurait suffi de miser sur les anciens, et en particulier sur les joueurs qu’il a côtoyés quand il était encore joueur, tels que Piqué, Busquets et Messi. Mais, aujourd’hui, ce choix ne s’impose pas comme une évidence. Tandis que le dernier nommé est parti au PSG, les deux premiers ont grandement décliné au niveau de la rentabilité. Il n’est donc pas certain qu’ils puissent assumer ce rôle. En même temps, leur tourner le dos au profit de joueurs moins expérimentés peut aussi engendrer des soucis et menacer la paix sociale. Tel est donc le dilemme qui est face à Xavi et c’est dans sa résolution que réside l’une des clés de sa réussite au Barça.

Ramener l’ADN du club

Nul doute que si la direction barcelonaise a choisi de faire confiance à Xavi, c’est parce que ce dernier incarne mieux que quiconque l’identité du club. Il est le garant du « cruyffisme », car ayant été l’élève de Pep Guardiola et se proclamant comme l’un de ses apôtres. Dans son précédent club d’Al-Sadd, il lui était difficile de faire appliquer les idées auxquelles il croit mais à Barcelone il devrait disposer des outils nécessaires en ce sens. Ces dernières années, les Blaugrana se sont un peu éloignés de leurs préceptes de jeu et c’est ce qui a accéléré leur chute libre. Avec quelqu’un à même de corriger le tir dans ce domaine, il y aurait moyen de retrouver un visage compétitif, bien qu’il n’existe aucune garantie que les résultats puissent immédiatement suivre. Et c’est aussi la première étape pour regagner le cœur des supporters, avec qui la fracture est importante comme en témoigne l’incident qui s’est produit avec Koeman le week-end dernier. Les socios espèrent simplement pouvoir s’identifier de nouveau à leur équipe, quitte à passer par une longue phase de reconstruction. L’exemple vécu à l’OM montre que les fans peuvent parfois faire preuve de patience, pour peu qu’ils constatent des efforts à tous les étages et qu’ils retrouvent un coach susceptible de les faire vibrer de nouveau.

Ranimer la passerelle avec la Masia

La situation budgétaire du Barça est au plus mal et elle ne risque pas de s’améliorer dans un futur proche. Cela revient à dire qu’il ne faut pas s’attendre à ce qu’il y ait des acquisitions à gros coups de millions lors des prochains mercatos. Plus que jamais, le Barça doit s’appuyer sur son centre de formation pour tenter de se remettre sur les bons rails. C’est déjà le cas cette saison, puisque les Ansu Fati, Pedri et Gavi sont régulièrement alignés, et ça devrait se vérifier encore plus avec la venue de Xavi. Même s’il aurait aimé ne pas être forcé de le faire, c’est certainement avec plaisir que le nouveau coach va puiser dans le célèbre centre de formation du club avec l’espoir d’y découvrir de nouvelles pépites. Pris séparément, les jeunes actuels ne sont peut-être pas les plus prometteurs, mais collectivement il se peut que la mayonnaise prenne. Tracy Rodrigo, la journaliste de Furia Liga et suiveuse du club, est convaincue que plusieurs espoirs sont aujourd’hui armés pour intégrer l’équipe première : « Le premier qui me vient à l’esprit c’est le milieu de terrain Jandro Orellana. Il faudrait peut-être installer pour de bon le gardien Iñaki Pena, qui est un coup en B un coup en A. En défense, Mármol et Comas sont aussi intéressants. Et devant, l’ailier Nils Mortimer peut également aspirer à évoluer avec les pros ». En somme, il y a de quoi faire et ça sera à Xavi de bien les intégrer, et ensuite trouver le bon équilibre entre les jeunes et les moins jeunes.

Effectuer un mercato intelligent et lancer la reconstruction

Ce point-là est forcément lié au précédent. De par sa grandeur, le Barça ne peut pas miser uniquement sur ses propres produits pour tenter de retrouver le sommet. L’équipe devra inévitablement s’appuyer sur les stars d’autres horizons. Celles qu’elle à sa disposition aujourd’hui, ou celles qu’elle serait amenée à recruter. Dès sa nomination, et en supposant qu’il ne l’ait pas déjà fait, Xavi va définir les manquements de cette équipe et le mercato se fera en conséquence. A cause d’une enveloppe limitée, il va devoir se renforcer de manière intelligente en fonction des besoins identifiés. Et en ayant certainement l’esprit qu’il va devoir construire sur la durée et avec des éléments pouvant répondre à ses attentes par rapport au jeu qu’il prône. Là aussi, ce n’est pas la plus aisée des tâches auxquelles il est confronté. C’est peut-être même la plus risquée, vu que le droit à l’erreur a été épuisé par ceux qui étaient là l’avaient précédé à ce poste. Sa marge de manœuvre est donc réduite, mais le challenge demeure excitant. Et il y a fort à parier que si Xavi réussit dans ces circonstances très particulières, la suite du chemin n’en sera que plus facile.