Ligue des champions: le Barça s’impose sur la pelouse de Manchester United

Ligue des champions, FC Barcelone, Manchester UnitedDeux salles, deux ambiances… En comparaison du très bon Ajax-Juve, le match entre Manchester United et le Barça était terne et sans relief, et s’est soldé par une courte victoire des Catalans (0-1). Luke Shaw a marqué contre son camp sur une tête de Suarez.

Huit ans après, peut-on réellement parler de revanche ? En tout cas, c’était la première fois depuis la victoire du Barça (3-1) en finale de la Ligue des champions 2011 que ces deux équipes s’affrontaient. De l’époque, quatre survivants seulement : Smalling, Busquets, Piqué et… Messi, bien sûr. Mais si à Wembley on s’était régalé, ce soir, à Old Trafford, le spectacle était tout autre. Solskjaer et ses hommes, avec un système en 3-5-2, venaient avec des intentions claires. Du moins un temps. Et avec deux lignes bien en place, difficile pour le Barça de s’y faufiler. C’était sans compter sur une merveille d’ouverture de Busquets, une inspiration géniale de Messi, un bon placement de Suarez et suffisamment de chance pour voir Shaw marquer contre son camp (0-1, 12e). Car quand le collectif pèche, les individualités catalanes brillent souvent. Longtemps assez bas, sans trop chercher à produire du jeu, les Mancuniens ont tardé à réagir, malgré deux tentatives de Rashford (5e, 21e) qui fuyaient le cadre.

Puis, ce sont les Barcelonais qui sont passés en mode gestion. Sans trop de raison, car ils semblaient avoir la rencontre plutôt bien en main. Et le déchet, déjà présent des deux côtés, s’accentuait, surtout dans les transmissions simples. Doucement mais sûrement, les Red Devils revenaient dans une rencontre qui s’équilibrait. Mis à part de longues séquences de possession stérile du Barça, peu d’occasions à se mettre sous la dent. On notera tout de même une superbe parade de De Gea devant Coutinho (36e). La seule frappe cadrée de la rencontre jusqu’à celle d’Alba après l’heure de jeu (65e). C’est dire. Les locaux ont été plus entreprenants en seconde période, mais il y avait toujours cette justesse technique qui manquait. Même Messi, sauf sur un coup de coude de Smalling qui lui a mis le nez et la paupière en sang, n’a pas été en vue. Mais une nouvelle fois, Valverde ne voudra sûrement retenir que le résultat. Il est positif pour le Barça qui s’impose avec ce petit but à l’extérieur. Espérons néanmoins que dans une semaine, les deux équipes reviennent avec de meilleurs intentions… et des idées, surtout.

Un Barça faiblard, mais un Barça victorieux

A la 65e, Valverde faisait un double changement : Vidal et Sergi Roberto entraient en jeu, en lieu et place de Coutinho et Arthur. L’objectif était alors clair. Densifier le milieu et préserver le résultat, tandis que Malcom et Dembélé restaient sur le banc. Les coéquipiers de Messi ont tiré six fois au but, pour cadrer trois fois seulement (zéro pour Manchester United), dont une seule s’apparentait à une occasion franche, par Suarez. Et ils ont profité d’une déviation malheureuse de Shaw pour marquer – même si, l’action menant au but, elle, était belle. Et puis c’est à peu près tout. Les Red Devils, loin d’être flamboyants, ont même réussi à régulièrement acculer leurs adversaires dans les trente derniers mètres. Au final, le leader de Liga s’impose quand même. Rideau.

Manchester United – Barcelone, c’était mieux avant…

L’affiche était peut-être déséquilibrée sur le papier, mais elle était historique. Et on l’attendait tout de même, pour voir si le Barça pouvait enfin lancer sa campagne européenne, et si United pouvait capitaliser sur son exploit contre le PSG en dépit d’une forme chancelante en Premier League. C’était aussi l’affiche des finales 2009 et 2011 quand ces deux monstres régnaient sur la planète foot. C’était en somme l’affiche entre deux monuments. Mais ça, c’était avant. Parce que ce soir, c’était plutôt l’affiche de l’ennui. D’un très profond ennui.