Home Football Metz, l’autre capitale du Sénégal

Metz, l’autre capitale du Sénégal

Metz, l’autre capitale du Sénégal

Les talents africains se sont traditionnellement toujours beaucoup épanouis en Moselle. Et le FC Metz en profite d’ailleurs pleinement, à l’image du titre obtenu en 2018/19 en Domino’s Ligue 2, dans le sillage d’Habib Diallo(25 ans) deuxième du classement des buteurs (26 buts). Le Sénégalais qui a été bien épaulé par son compatriote Ibrahima Niane, crédité de dix réalisations en 2018/2019. Une efficacité offensive qui se poursuit cette saison en Ligue 1 Conforama avec la 7e place chez les buteurs du capitaine messin (12 buts), compilant à lui seul 44% des réalisations messines, dont 56% en déplacement !

De quoi perpétuer la tradition messine de faire éclore les pépites d’Afrique, principalement celles du Sénégal. Au duo offensif viennent s’ajouter les révélations de l’an passé Victorien Angban (CIV) et Mamadou Fofana (Mali), ou encore les déjà confirmés Alexandre Oukidja (Algérie), John Boye(Ghana), Opa Nguette (Sénégal) Stoppila Sunzu (Zambie), Farid Boulaya (Algérie) et Noss Traoré (Mali), tous internationaux.

Mané, Cissé, Sakho et Sarr, premières pépites sénégalaises

Et si par le passé les Rigobert Song, Patrick Mboma (Cameroun), Anthony Baffoe (Ghana), Emmanuel Adebayor (Togo) et Cheick Diabaté (Mali) ont brillamment défendu les couleurs messines, le Sénégal demeure le principal fourvoyer de talents au FC Metz. Et cela en grande partie grâce au partenariat noué avec l’Académie Génération Foot depuis 2003, qui permet au club mosellan d’en intégrer les meilleurs éléments.

Et à en voir la liste des joueurs amenés à rejoindre le FC Metz, le talent n’y manque pas. En effet, Sadio Mané, Papiss Cissé, Diafra Sakho et encore Ismaïla Sarr en 2016 sont tous issus du centre situé à une quarantaine de kilomètres de Dakar. Et si la star du moment de Liverpool a eu besoin de temps pour percer, à cause d’une blessure (pubalgie) à son arrivée dans l’Est de la France, les autres pépites ont toutes rapidement pris leurs marques, à l’image de Sarr, révélation de la fin de saison de Ligue 1 Conforama en 2016/17 (4 buts en 8 matchs) avec une impression visuelle étonnante.

Une tradition initiée par le légendaire Jules Bocandé, décédé en 2012, arrivé en France par la Lorraine en 1984 et qu’il quittera deux ans plus tard auréolé d’un titre de meilleur buteur du Championnat de France. Vingt ans séparent le passage de Bocandé et l’arrivée d’Habib Diallo au FC Metz : un historique fourni qui fait du FC Metz la capitale du Sénégal sur le Vieux Continent. Si bien qu’aujourd’hui, les aînés sont devenus des exemples pour la nouvelle génération.

Habib Diallo, leader messin

La saison passée, ils étaient trois joueurs de l’effectif grenat en Domino’s Ligue 2 à avoir été formés au bord du Lac Rose. D’abord, Habib Diallo de retour de prêt à Brest en juin 2018. « Chez nous, je lui disais tous les jours : s’il te plaît, exploite ton talent ! », confiait Jean-Marc Furlan, alors coach brestois. Une consigne qui a depuis été parfaitement appliquée par celui lancé par Philippe Hinschberger en Ligue 1 Conforama. Car l’attaquant est étincelant avec 38 buts marqués en championnats depuis août 2018. De quoi aussi effacer sa frustration passée au sein du club lorrain, où il avait pourtant frappé très fort à ces débuts en 2016 avec quatre doublés en neuf rencontres consécutives en Domino’s Ligue 2.

Ensuite, il y a Ibrahima Niane (21 ans) qui avait déjà des références avant d’arriver en Lorraine, avec un titre de meilleur buteur du championnat sénégalais (2017). Ce dernier a rapidement fait preuve d’une belle efficacité (1 but toutes les 137 minutes l’an passé). Cette saison en Ligue 1 Conforama, le Sénégalais démontre sa capacité à rapidement entrer dans une partie avec deux buts inscrits en venant du banc. Le tout sans véritablement jouer à son poste de prédilection : l’axe. La faute à la présence de son aîné. « Il aurait pu jouer plus, il a été pénalisé sur cette première partie de saison en termes de temps de jeu car c’est un joueur axial de formation et que devant lui, il y a un joueur qui marque énormément, qui est très performant (Diallo). », constatait son coach Vincent Hognon.

L’an passé, Ablie Jallow (21 ans) était le 3e homme issu de Génération Foot dans l’équipe. « Il est à l’aise balle au pied, c’est beau à voir jouer. L’un de ses points forts reste sa vision du jeu », disait de lui à son arrivée au club Olivier Perrin, ancien directeur de l’Académie devenu patron de la formation ai FC Metz. Depuis, le milieu gambien de poche (1,66m) a été prêté à l’AC Ajaccio où il a débloqué son compteur en Domino’s Ligue 2, début février au Paris FC (2-3) au cours d’une de ses 11 apparitions avec le club corse. De même, autre petit gabarit (1,68m), Cheick Sabaly (21 ans) – arrivé chez les Grenats en 2018, a lui aussi été prêté pendant l’été à Pau. En National 1, l’ailier s’est affirmé avec 10 buts inscrits, dont un triplé face à Béziers en février dernier.

Cinq Sénégalais au départ de la saison 

Au départ de la saison écoulée, ils étaient cinq Sénégalais avec le leader Habib Diallo à figurer dans le groupe messin de Vincent Hognon en Ligue 1 Conforama. Dont un autre espoir de l’Académie qui a depuis effectué ses premiers pas en Domino’s Ligue 2 : Amadou Dia Ndiaye (20 ans), qui a été prêté au FC Sochaux-Montbéliard lors du mercato d’hiver. Dans L’Est Républicain, Olivier Perrin évoquait son potentiel sans détour : « Il est pétri de talent. C’est pratiquement l’attaquant le plus doué qui ait signé jusqu’ici au FC Metz ». Avant de préciser, « je l’ai eu pendant 5 ans et il a rapidement intégré notre groupe élite à 16 ans et demi. En cadet, en juniors il était déjà phénoménal et mettait au moins 50 buts par saison. » En préparation, l’attaquant de pointe (1,86m) avait profité d’une dizaine de minutes face à Karlsruhe (2-4) pour faire trembler les filets et justifier sa belle réputation.

Yade a pris sa place dans le groupe

Comme Niane qui marche dans les pas de Diallo, Amadou Dia Ndiaye progresse lui dans l’ombre du premier, comme c’était d’ailleurs le cas au Sénégal, où il avait pris sa succession à la pointe de l’attaque de Génération Foot. Et cela, alors que le FC Metz compte aussi dans ses rangs Pape Ndiaga Yade (21 ans), autre pépite offensive recrutée en mai 2019, quelques mois seulement après Abou Lô (20 ans), solide défenseur formé à l’Académie.

A la différence de Dia Ndiaye, parti prendre du temps de jeu dans le Doubs où il a effectué une première passe décisive cette saison en Domino’s Ligue 2 lors de sa première titularisation contre l’ASNL (J23, 1-1), Ndiaga Yade est un joueur qui apporte sa puissance et sa vitesse sur les côtés. En attendant de prendre la succession de ses glorieux aînés en Ligue 1 Conforama, le milieu offensif – performant en réserve – poursuit son apprentissage avec deux premières entrées en jeu à Reims et contre l’OL cet hiver. Face aux Gones, le Sénégalais a touché ses premiers ballons en pro dans le championnat. Depuis, Yade n’a plus quitté le groupe en assistant depuis le banc aux deux victoires messines face à Amiens (0-1) et Nîmes (2-1).