Nice : Christophe Galtier est frustré

Nice : Christophe Galtier

Lors de la 3e journée de Ligue 1, Nice et l’Olympique de Marseille ont dû stopper leur rencontre à causes d’incidents provoqués par des supporters niçois. Des sanctions sont tombées depuis et le match a été rejoué ce mercredi 27 octobre. Score final 1-1. Un résultat au gout amer pour Christophe Galtier.

Christophe Galtier « estime que mes joueurs auraient mérité de l’emporter »

Un résultat qui ne satisfait pas forcément les deux équipes. L’Olympique de Marseille reste quatrième et Nice manque l’occasion de passer deuxième, et de revenir à six points du PSG. Troisième derrière Lens, Christophe Galtier est frustré :

« Il y a de la frustration, a déclaré l’entraîneur de l’OGC Nice après le match nul, de la déception pour mes garçons qui ont fait un match intense trois jours après celui de Lyon (3-2). Dans la chronologie du match, avec nos occasions de but, j’estime que mes joueurs auraient mérité de l’emporter. On a eu une très grosse première demi-heure, ça les a mis en difficulté. Si on avait pu aggraver le score, sûrement le match aurait été différent ».

Alvaro Gonzalez, en mode auto-destruction

Du côté de l’Olympique de Marseille, on rumine aussi. Après le match nul et vierge contre le PSG, les olympiens regrettent les quatre points perdus en trois jours. Alvaro Gonzalez va même jusqu’à indexer sa propre prestation :

« Je ne suis pas content, a pesté le défenseur espagnol, j’ai mal joué, on a pris ce but, c’est dommage pour moi, a admis l’Espagnol dans des propos relayés par La Provence. On a mieux fini la mi-temps, et le résultat est bon pour nous. On a pris un point contre la Lazio, Paris et Nice, trois matchs difficiles, mais on doit gagner dimanche pour continuer à espérer la 2e place, je crois que c’est l’objectif d’atteindre ce classement avant la trêve internationale. »

Christophe Galtier vs Sampaoli, « Ça s’est bien fini »

Ce derby était aussi l’occasion pour deux entraîneurs d’opposer leur style. Galtier face à Jorge Sampaoli ou le récit d’un match qui a dégénéré sur la touche. Le technicien français raconte son embrouille avec son homologue argentin :

« Il y a eu des discussions et des échanges à voix haute entre le banc marseillais et le banc niçois, a-t-il lancé. Ce n’est pas allé plus loin que ça. J’ai demandé à Jorge que tout le monde reste calme. Il ne pouvait pas y avoir de problèmes dans les tribunes (le match se jouait à huis clos, ndlr), il ne fallait pas qu’il y en ait sur le banc. Ça s’est bien fini, et c’est bien mieux comme ça ».