Olympique Lyonnais : Benlamri ne désespère pas

Arrivé d’Arabie Saoudite, Djamel Benlamri n’a joué que 2 petits matches à Lyon. On est très loin des 78 apparitions avec Al-Shabab Riyad, mais le champion d’Afrique ne désespère pas. Le défenseur central de 31 ans est convaincu que son heure viendra.

Frustré mais lucide

Son temps de jeu famélique, l’algérois sait que les « tickets » pour la pelouse coûtent très chers. Son équipe joue les premiers rôles et la concurrence est rude. Un collectif est en place et pour le bouger, il faudra être très costaud. Malgré sa frustration, Eddine reste clairvoyant:

« Frustré ? Si je dis non, je te mentirais (…) Je vais bientôt avoir ma chance à l’OL et je suis certain que je vais pouvoir la saisir, je ne doute pas de mes capacités. Je reçois des messages blessants, parfois, par les supporters algériens, mais il faut nous soutenir nous les joueurs pour le bien de l’équipe nationale. Je joue dans une équipe qui est leader du championnat et les places sont chères »

Un choix sportif

En quittant le Moyen Orient pour l’Europe, Djamel Eddine Benlamri a emprunté une voie peu commune au monde du football. Attirés par la promesse d’une retraite dorée, les footballeurs quittent habituellement l’UEFA pour la Confédération Asiatique de Football. Pourquoi donc ce chemin inverse ? DB3 donne ses raisons :

« Lyon, c’est un grand club, une équipe historique. Je suis très fier d’être là et d’en faire partie. J’étais dans un pays du Golfe, on sait tous qu’il y a beaucoup d’argent là-bas. Certains joueurs, quand ils ont des contacts en Europe ou dans un pays du Golfe, font le choix du financier. Moi, j’ai fait un choix sportif, j’ai pensé aussi à ma sélection, il va y avoir des éliminatoires pour la Coupe du monde donc il faut que je reste au niveau ».