Polémiques au Barça, sortie de Messi : La réponse de Bartomeu

Polémiques au Barça, sortie de Messi : La réponse de Bartomeu

Dans un communiqué cinglant publié lundi, Lionel Messi a confirmé que le vestiaire barcelonais allait aider financièrement le club à payer ses employés, en baissant notamment son salaire de 70%. Mais le capitaine barcelonais a aussi chargé de manière virulente ses dirigeants. Une manière de peser toujours plus en interne.

L’avantage si vous ne vous présentez pas aux élections, c’est que vous êtes assuré d’éviter la défaite. Celle de Josep Maria Bartomeu au prochain scrutin interne du Barça semblait certaine. Mais un président blaugrana ne peut faire trois mandats consécutifs. Un mal pour un bien pour celui qui avait succédé à Sandro Rosell en 2014. Car les socios n’en peuvent plus. Les joueurs non plus d’ailleurs.

A relire :  La réponse cinglante Léo à ses détracteurs

Lundi, c’est une passe d’armes violente qui s’est jouée en public. Pour aider le Barça à lutter contre les conséquences économiques liées à l’épidémie de Covid19, l’ensemble du vestiaire s’est engagé à baisser de 70% son salaire. Pourtant, une rumeur lancée par des journaux catalans le week-end passé laissait entendre l’inverse.

Les mots choisis sont sans équivoque. « Nous avons été surpris qu’à l’intérieur même du club, certains aient tenté de nous mettre la pression pour faire quelque chose que nous avions toujours eu envie de faire depuis le début« , expliquent notamment les joueurs barcelonais. On aurait pu en rester là. Sauf que c’est Lionel Messi en personne, du haut de ses 146 millions d’abonnés sur Instagram, qui a allumé la mèche. Et c’est tout sauf un hasard.

Barçagate

Depuis plusieurs mois, le quintuple Ballon d’Or Lionel Messi, d’habitude si discret, n’a plus sa langue dans sa poche. Oubliez les révolutions de palais et autres bruits de couloirs, tout se joue en public, sur sa page personnelle Instagram. Privilège de l’époque parait-il. Le Barça lave donc son linge sale aux yeux de tous et c’est « La Pulga » qui se charge de remplir le tambour. Il faut dire que les griefs entre la direction et la superstar barcelonaise se sont multipliés ces derniers mois.

Des élections placées sous le signe de l’identité

En réalité, Messi se sent aussi comme le dernier des Mohicans. Avec Piqué, Busquets et Jordi Alba, ils sont les seuls à avoir connu l’ère dorée du Barça, celle où le club blaugrana était vu comme une référence intouchable en Europe. Les derniers garants de cet ADN, ce sont eux. Mais ils semblent bien impuissants face à la stratégie mise en place ces dernières années par leurs dirigeants. Alors, à leur manière, ils pèsent. Et le mastodonte Lionel Messi écrase tout sur son passage.

« Messi est intouchable, c’est évident, reprend notre collègue espagnol. Il est l’unique symbole du Barça et pèse bien plus lourd que la direction actuelle« . Dans ce contexte de surpuissance, l’Argentin a donc décidé d’utiliser sa parole à des fins politiques. Car, au fond, les évènements actuels en Catalogne ressemblent à un lancement officieux de campagne électorale.

En 2021, au Barça, on vote. Et le dégagisme semble là-aussi à la mode. Si Bartomeu est donc empêché de participer au scrutin (il avait réussi à se faire réélire de justesse en 2015 grâce au triplé, NDLR), il a avancé ses pions pour présenter un candidat : Emili Rousaud. Discret vice-président depuis le début de l’année, il a vocation à poursuivre le travail de la direction actuelle.

Mais, en face, c’est Victor Font qui semble faire l’unanimité chez les héritiers du grand Barça. Candidat d’opposition, il est soutenu publiquement par Carles Puyol mais également, plus discrètement, par un certain Xavi, qui n’en finit plus d’annoncer son envie de revenir au Barça, dans la peau d’entraîneur cette fois-ci. D’ailleurs, Puyol a été l’un des premiers à relayer le message de Lionel Messi et consorts lundi avec des mots dithyrambiques : « Fierté, vous êtes très grands ».

Si Messi n’a pas encore prononcé le moindre mot sur cette élection, la pression mise sur le clan Bartomeu a des airs d’évidence : la star argentine ne veut plus rien à voir à faire avec la direction actuelle et veut solder tous les comptes. « Si d’aventure Messi venait à soutenir publiquement un candidat aux élections, ce serait un raz de marée« , nous prédit Adrian Garcia. En d’autres termes, l’Argentin a un rôle décisif dans les élections qui viennent, celles censées également préparer l’après-Messi au Barça.

Pour Bartomeu, la cause est entendue. Le président barcelonais a beau se donner le beau rôle ce mardi dans les quotidiens catalans, affirmant travailler main dans la main avec le capitaine barcelonais et se plaignant lui aussi (faussement ?) des fuites, il sait qu’il a perdu la bataille. Et en politique, comme sur un terrain, mieux vaut avoir Messi avec soi que contre soi.