PSG : « J’ai jamais vu un club qui gagne quand le joueur fait ce qu’il veut »

PSG : « J'ai jamais vu un club qui gagne quand le joueur fait ce qu'il veut »

Le PSG reste une énigme pour le football européen. Malgré tous les talents qui inondent son équipe, sa fébrilité mentale pose question. Des interrogations auxquelles Medhi Benatia, ancien international marocain, a tenté d’apporter des réponses.

« Il faut changer pas mal de choses… »

Interviewé par Foot Mercato, le défenseur central retraité a donné son ressenti sur les péripéties qui secouent ce club dirigé par une personne qu’il porte dans son cœur : Nasser Al-Khelaïfi. Proposant des solutions qui pourraient permettre à Paris de grandir, il va affirmer :

« Il faut changer pas mal de choses dans l’organisation. Je ne suis pas à l’intérieur donc c’est compliqué de parler de ça, mais il y a des soucis. Quand tu perds contre le Barça et le Real dans ces conditions-là… Ce n’est pas normal. Tous les entraîneurs le disent. Ils viennent ici, ils sont mauvais. Ils partent et ils gagnent la Ligue des champions. Il faut se poser les bonnes questions. Moi, je supporte le PSG car j’aime beaucoup le président Nasser Al-Khelaïfi. Je sais comment il travaille, c’est un passionné et il mérite des résultats. Certaines personnes dans le club ne travaillent pas comme il faut. Si tout le monde travaillait comme Nasser, le PSG serait déjà plus haut », a conclu Bénatia, avant de comparer les leaders de la Ligue 1 au Bayern Munich et à la Juventus :

« Le problème, c’est que parfois, tu prends des joueurs qui pensent être au-dessus du club. Et c’est la fin. J’ai joué à la Juventus et au Bayern Munich, des clubs avec une identité forte. Là-bas, l’institution et le respect de l’institution passent avant tout. Au PSG, il faudrait fixer des règles puis être capable de les appliquer. J’ai jamais vu un club qui gagne quand le joueur fait ce qu’il veut », rugit le Lion de l’Atlas, persistant :

« Ce sont les fondations. C’est fort le mot « Bayern Munich ». Il n’y a jamais personne qui va venir et penser une seconde être au-dessus du club. Même un garçon qui a écrit l’histoire du club comme Franck Ribéry. C’était la star et le roi du club, mais il a toujours été irréprochable et respectueux. Sur le terrain, il a constamment fait les efforts et il mouillait le maillot. Ce n’est pas le cas des joueurs du PSG. Même à la Juventus, c’était pareil. Ce qui m’a marqué dans ces clubs, c’est la mentalité. Le travail et la rigueur. C’est une éducation sportive ».