PSG : Pierre Ménès encense Neymar et tacle Wijnaldum

PSG : Pierre Ménès encense Neymar et tacle Wijnaldum

Ce samedi 06 novembre, le PSG est allé gagner à Bordeaux (3-2), bien aidé par un fantastique Neymar. Une magnifique prestation que Pierre Ménès a saluée avec sa plume.

« Neymar a retrouvé un truc… », selon Pierre Ménès

Sur son blog, l’ancien consultant de la chaîne Canal Plus a tissé de nombreuses louanges au brésilien. Le numéro 10 du PSG appréciera certainement ces mots de Pierrot qui viennent éteindre un temps soit peu, les nombreuses critiques qui ont corrigé ses récentes performances :

« On a vu un meilleur Paris que ces derniers temps avec un duo Neymar-Mbappé qui a fait la différence à lui tout seul, a écrit Pierre Ménès. Le Brésilien, que beaucoup d’éminents spécialistes disaient perdu pour le football vient d’enchaîner trois bons matchs de suite. Et en plus, hier soir, il a retrouvé un truc : sa vitesse de pied dans la frappe. Je trouvais qu’il avait le pied très lourd depuis le début de la saison, que le ballon ne giclait pas. Au Matmut-Atlantique, il a giclé. Et en plus, Neymar a joué dans un contexte psychologique difficile puisqu’il vient de perdre une amie, la chanteuse Marilia Mendonça, morte dans un accident d’avion ».

Danilo semble perdu au PSG, selon Pierre Ménès

Neymar malheureusement, il y en a qu’un. Une fois le talent de l’Auriverde décoré, Pierre Ménès a retrouvé ses bonnes vieilles habitudes. Sans pitié, PM a été avec le portugais Danilo Pereira et le hollandais Wijnaldum :

« À 3-0, les Parisiens se sont relâchés et ont concédé deux buts dans les dix dernières minutes. De toute façon, cette équipe prend trop de buts depuis le début de la saison. Mais s’il y a un joueur à montrer du doigt, c’est Danilo qui est totalement responsable sur le premier but girondin avec deux pertes de balle sur la même action et qui semble perdu dans cette équipe. Ceci dit, même s’il a fait une passe décisive, Wijnaldum n’a pas été bien meilleur et semble très creux physiquement », a estimé Pierre Ménès.