Roger Milla : Le Lion, Le Magicien et Le Jeu Magique

Roger Milla

Avec 1xBet, nous revenons sur la brillante carrière de l’un des plus grands footballeurs africains: Roger Milla.

Une récompense unique

Avant le premier match du Cameroun au Qatar, le Président de la FIFA, Gianni Infantino, a honoré Roger Mill en tant que joueur le plus âgé à avoir marqué dans une finale de Coupe du Monde. Bien que Roger ait reçu de nombreuses récompenses individuelles en son temps et soit même devenu chevalier de la Légion d’honneur, il a été touché – ce n’est pas tous les jours que la FIFA honore des personnes qui ont fait une telle différence dans le jeu le plus populaire de la planète. Cependant, avec la remise de ce prix, nous voulons rappeler la brillante carrière de l’un des athlètes les plus populaires du continent noir.

Le football comme divertissement

Roger est né le 20 mai 1952, dans une famille de cheminots. Sa ville natale était Yaoundé, la capitale du Cameroun français. Huit ans plus tard, le Cameroun est devenu un État indépendant, et un an plus tard, les parents de notre héros ont déménagé à Douala, la plus grande ville du pays et sa capitale économique.

On dit que le football est le sport des pauvres qui veulent devenir riches. Cependant, dans le cas de Roger, ce n’était pas le cas – sa famille faisait partie de la classe moyenne et pouvait lui donner une bonne éducation. De plus, lorsque ses parents ont remarqué que leur fils faisait trop souvent la course avec le ballon après l’école et rentrait trop tard, ils n’étaient pas contents – l’enfant devait rentrer à l’heure et aider à la maison. D’autant plus qu’à l’époque, le Cameroun n’avait pas encore d’académies de football pour enfants cool, de terrains bien entretenus et d’entraîneurs agréés, et qu’il devait jouer pieds nus sur un terrain poussiéreux. Milla ne pensait pas à une carrière professionnelle : bien des années plus tard, il a déclaré qu’il jouait au football avec des amis pour s’amuser et qu’il peaufinait sa technique pendant les vacances scolaires. Cependant, à l’âge de 13 ans, il est devenu footballeur pour l’équipe junior Eclair de Douala et a participé avec beaucoup de succès aux tournois scolaires. Les parents étaient également d’accord – voyant les succès de leur fils, ils lui ont permis de jouer au football.

Premiers clubs, premières victoires

À l’âge de 15 ans, Milla fait ses débuts dans l’équipe adulte du club, en deuxième division du championnat camerounais. Dès cette époque, il commence à marquer régulièrement. Fait intéressant, le jeune Roger a réussi à trouver du temps même pour l’athlétisme – à 17 ans, il a remporté le championnat de saut en hauteur à l’école au Cameroun. Cette victoire a ajouté à la confiance en soi de l′adolescent et il a décidé de devenir un athlète professionnel.

En 1970, l’attaquant Roger Milla, âgé de 18 ans, a signé un contrat avec le club de première division Leopard Duala. Avec cette équipe, il remporte trois fois le championnat du Cameroun et marque un nombre impressionnant de 89 buts en 116 matchs. Quatre ans plus tard, il quitte Yaoundé pour Tonnere, avec lequel il remporte en 1975 la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupes, marque 69 buts en 87 matchs et est nommé meilleur joueur d’Afrique en 1976. Après ces exploits, le club français de Valenciennes – un outsider de la Division 1 (la Ligue 1, que nous connaissons, n’a été créée qu’en 2002) lui a prêté attention, et en 1977, Milla a eu la chance de faire ses preuves dans un championnat européen relevé.

Les aventures françaises

A Valenciennes, Milla se sentait comme le génie dans le conte d’Aladin – les possibilités étaient infinies, mais elles n’étaient pas à la hauteur du logement minuscule et inconfortable que le club lui offrait. Il devait s’habituer à ses nouveaux partenaires, aux exigences de l’entraîneur, au climat, et prendre soin de sa vie. Cependant, lors de la saison 1978/1979, il joue pour le club 29 matchs, marque 7 buts, et permet à « Valenciennes » de ne pas s’envoler de la Division 1.

Après cela, Roger a été remarqué par Monaco, qui faisait partie des cinq plus fortes équipes françaises de l’époque et jouait régulièrement dans les compétitions européennes. Avec Monaco, Milla a remporté son premier trophée – en 1980, son équipe a remporté la Coupe de France. Lors du match décisif contre Orléans, le héros de l’Afrique est entré en jeu à la 55e minute alors que le score était de 2:1, et 10 minutes plus tard, la légende du club Delio Onnis a marqué le but décisif.

Cette saison-là, Roger a marqué 5 buts en 25 matchs de championnat et de coupe. Il aurait pu être sur le terrain plus souvent, mais cette saison-là, il a été hanté par les blessures. En conséquence, la direction du club a décidé de se débarrasser du joueur et Milla est allé à « Bastia » c l’île de la Corse, qui dans le championnat en 1979/1980 a pris la 16e place sur 20 équipes.

Roger est arrivé à « Bastia » en maître mûr – lisant parfaitement le jeu, plastique, frappant des deux pieds, avec une bonne vitesse et une bonne technique. Il est rapidement devenu un joueur de l’équipe principale, et en 1981 a aidé l’équipe à gagner la seule Coupe de son histoire en France. Lors du dernier match, « Bastia » a battu « Saint-Etienne » sur le score de 2-1, et Milla a marqué le but de la victoire, en battant élégamment le gardien de but et le défenseur et en faisant rouler le ballon dans un but vide.

Pour un récapitulatif du match Bastia-Saint-Etienne, cliquez ici :

Roger jouait avec Bastia pour la première et dernière fois de sa carrière dans les compétitions européennes. Et si en 1/16 de finale de la Coupe des vainqueurs de coupe, les Corses n’ont eu aucun problème avec le KTP finlandais (0-0 à l’extérieur et 5-0 à domicile), au tour suivant, ils ont dû affronter le Dynamo (Tbilissi), l’actuel détenteur du trophée. A cette époque, la meilleure génération de joueurs géorgiens de l’histoire du club jouait pour le Dinamo, Bastia n’avait donc aucune chance (1:1 à domicile et 1:3 à Tbilissi). Milla a pu se consoler en faisant tout son possible pour gagner, marquant 3 buts en 4 matchs, dont les deux buts contre le Dynamo.

Un compte-rendu du match Dynamo – Bastia peut être consulté ici :

« Le Vieux Lion a passé quatre saisons en Corse, joué 133 matchs et marqué 42 buts. Ses statistiques étaient très bonnes, mais en 1984, l’attaquant avait 32 ans et était considéré comme un vétéran sur le point de raccrocher les crampons. Si Roger avait su à l’époque qu’il avait encore 12 ans à jouer et que les moments forts de sa carrière étaient encore à venir…

Le club suivant de Mill était Saint-Étienne – l’une des équipes les plus fortes de France, finaliste de la Coupe des Champions en 1976, et 10 fois champion du pays. Hélas, en 1982, le club a été accusé de créer une « boîte noire » pour la corruption, et le président de Saint-Etienne Roger Roche est allé en prison. Les joueurs les plus forts doivent être vendus, l’équipe est reléguée en deuxième division et il faut deux saisons pour revenir dans l’élite du football français. L’un des artisans du succès est Roger Milla : en deux ans, il a disputé pour les « Verts » 69 matchs en championnat et en coupe, marquant 36 buts.

Vous pouvez regarder les buts de Roger Milla pour Saint-Etienne ici :

Comme le « vieux sorcier » sait déjà comment sortir une équipe d’un bourbier, il est invité à Montpellier, où il fait équipe avec le jeune Laurent Blanc et devient un véritable cauchemar pour les défenseurs. Dès sa première saison, Milla obtient un résultat : ses 18 buts en 33 matchs de saison régulière permettent aux Paladins de remonter en Division 1. Roger est resté avec l’équipe pendant deux années supplémentaires, marquant sans relâche avant de quitter le club avec 103 matchs et 41 buts.

Carrière en équipe nationale

Roger a commencé à être appelé dans l’équipe nationale au début des années 1970. En 1982, il fait partie de l’équipe nationale qui participe à sa première Coupe du monde et fait une très bonne impression – en trois matches de groupe, les « Lions indomptables » n’ont pas perdu une seule fois (mais n’ont pas non plus gagné) et ont obtenu un match nul productif contre l’Italie – le futur champion. Ensuite, l’équipe n’a pas réussi à quitter le groupe : Le Cameroun a manqué la différence de buts devant la Squadra Azzurra et a terminé le tournoi.

Le compte-rendu du match Italie – Cameroun peut être consulté ici :

Par la suite, Milla a remporté deux fois avec le Cameroun la Coupe d’Afrique des Nations –

en 1984 et 1988. Après cela, il met fin à sa carrière dans l’équipe nationale, joue un match d’adieu et fait ses valises.

un match d’adieu, fait ses valises et part jouer dans le club de St-Pierroise, basé sur l’île de la Réunion.

basé sur l’île de la Réunion dans l’océan Indien. Vous avez probablement besoin de

Google Maps pour trouver ce paradis sur la carte.

Une année 1990 inoubliable

Des milliers d’articles ont été écrits et des films réalisés sur la brillante performance de Roger Mills et de l’équipe camerounaise lors des Coupes du monde en Italie et aux Etats-Unis. Nous allons donc vous parler uniquement des faits que vous ne connaissez peut-être pas.

  1. Milla n’allait pas aller à la Coupe du Monde. Tout a changé après un appel du président du Cameroun – Paul Biya a demandé personnellement au « Vieux Lion » d’aider l’équipe nationale. Millah ne pouvait pas refuser le président. Cet appel peut être considéré comme l’intervention la plus réussie des autorités dans la dotation en personnel de l’équipe de football.
  2. Après la première séance d’entraînement, Roger s’est approché de l’entraîneur principal de l’équipe nationale, Valery Nepomnyashchiy, et lui a dit qu’il partait : « Coach, vous voulez me tuer » (le joueur de 38 ans devait passer les normes pour la course navette). L’entraîneur a répondu qu’il s’agissait d’un test, qu’il pouvait voir la condition physique du joueur et qu’il le laisserait entrer dans le jeu progressivement. Mais ensuite, quand l’entraîneur a dit que Milla ne serait pas dans l’équipe, il est resté calme : Coach, c’est votre décision, je vais le faire. Et il l’a fait !
  3. Roger n’était pas sûr d’être physiquement prêt pour les matchs de la Coupe du monde. Mais l’attaquant avait l’habitude de réussir au détriment de son intelligence et savait que s’il se mettait en forme, il aurait sûrement sa chance.
  4. Lors de cette Coupe du monde 1990, Milla a marqué 4 buts, donné une passe décisive et obtenu un penalty. Cela a suffi pour lui valoir le titre de meilleur footballeur africain en 1990.
  5. Le « Vieux Lion » n’a jamais joué un match complet – l’entraîneur de l’équipe du Cameroun Valery Nepomnyashchy a pris soin de son leader et ne l’a libéré que comme remplaçant. Lors de quatre des cinq matchs, Milla est apparu sur le terrain en deuxième mi-temps et seulement une fois en deuxième mi-temps.
  6. Le Cameroun est devenu la première équipe africaine à atteindre les quarts de finale de la Coupe du monde et à faire partie des huit équipes nationales les plus fortes de la planète.
  7. Après le triomphe italien, le quota de participation à la phase finale de la Coupe du monde a été augmenté à 3 équipes.
  8. La danse de la victoire de Roger près du drapeau de corner a changé à jamais la célébration des buts marqués dans le football mondial – jusqu’en 1990, la célébration la plus créative était considérée comme un saut périlleux exécuté par Hugo Sanchez – un joueur du Real Madrid et de l’équipe nationale mexicaine. Notez que le « vieux sorcier » n’a pas répété sa danse, car il n’était pas sûr d’entrer sur le terrain.
  9. Le légendaire attaquant a marqué son dernier but en Coupe du monde en 1994. À cette époque, il avait 42 ans.
  10. Un seul footballeur africain a réussi à dépasser l’exploit de Roger Mill en ce qui concerne le nombre de buts marqués dans les parties finales des Coupes du monde. Cet homme était l’attaquant ghanéen Asamoah Gyan.

Pour voir tous les buts de Roger Milla lors des Coupes du monde, cliquez ici :

https://www.youtube.com/watch?v=vrtWQSqD3A0

Ce qui s’est passé ensuite

Après la Coupe du monde en Italie, Roger a joué quatre saisons de plus à Tonnerre, à Yaoundé, puis deux années de plus (nous n’exagérons pas) en Indonésie – le nombre de buts qu’il a marqués dans le championnat local dépasse le nombre de matches joués ! Et ce n’est qu’en 1996 que le « Vieux Lion » décide de prendre sa retraite. A cette époque, le grand athlète avait 44 ans.

Après sa carrière, Milla aurait pu mener une vie de héros populaire et de chouchou de tous, mais il n’est pas resté inactif : il a entraîné des clubs français et camerounais, a œuvré pour la protection de l’environnement, et a même ouvert deux sociétés de recyclage de plastique en dalles de pavage. Mais quoi qu’ait fait ce monsieur souriant de 70 ans, il restera toujours un super-héros surhumain pour le Cameroun et l’Afrique.

Le bookmaker 1xBet s’est soigneusement préparé pour la Coupe du monde et propose une large gamme de paris et des cotes élevées. Vous pouvez parier sur le vainqueur de chaque match, sur le champion du monde, et même sur le fait qu’une personne présente à la Coupe du monde au Qatar puisse marquer un but au talon.

Vous trouverez plus d’informations sur nos lignes et nos cotes ici