Sanctions de l’UEFA : le Barça, le Real et la Juve contre-attaquent

Menaces de l'UEFA : le Barça, le Real et la Juve contre-attaquent

Le Barça, le Real et la Juve jugent « inacceptables » les menaces de l’UEFA après le projet de création de la Superligue auquel ils sont très attachés.

Le Barça, le Real Madrid et la Juventus jugent intolérable que l’UEFA les menace de sanctions disciplinaires pour avoir continué à défendre le projet de Superligue européenne, le nouveau projet de compétition d’élite dont ils ne se sont pas désolidarisés. Face à la déclaration publiée vendredi par l’instance du football européen, dans laquelle elle salue le retour en arrière des neuf autres clubs fondateurs, les trois entités ont réagi en demandant le respect.

La déclaration : « En relation avec le communiqué publié le 7 mai par l’UEFA concernant la Super League et la position adoptée par 9 de ses clubs fondateurs, le Futbol Club Barcelona, la Juventus et le Real Madrid Club de Fútbol déclarent ce qui suit :

1- Les clubs fondateurs de la Superliga ont reçu – et continuent de recevoir – des pressions, des menaces et des offenses pour qu’ils abandonnent le projet et leur responsabilité et leur droit d’apporter des solutions à l’écosystème du football par le biais de propositions concrètes résultant d’un dialogue constructif. Ceci est inacceptable dans un état de droit et les tribunaux se sont déjà prononcés sur le projet de Superligue, ordonnant à la FIFA et à l’UEFA, de manière catégorique, de s’abstenir pendant la durée de la procédure judiciaire, directement ou par le biais de leurs entités affiliées, de prendre toute mesure susceptible de pénaliser les clubs fondateurs ou allant à l’encontre de la Superligue, reconnaissant ainsi l’apparence de bon droit de cette initiative.

2- Le projet Superligue a été conçu conjointement par les 12 clubs fondateurs :

a. dans le but d’apporter des solutions à la situation insoutenable que traverse actuellement la famille du football ; les 12 clubs fondateurs, ainsi que divers acteurs du football européen, ont manifesté leur profonde préoccupation face à la situation socio-économique actuelle, considérant qu’il est indispensable d’entreprendre des réformes structurelles visant à garantir la durabilité de notre sport. Par conséquent, le 18 avril dernier, les 12 clubs fondateurs ont annoncé leur volonté de créer la Super League et d’établir un canal de communication avec l’UEFA et la FIFA, dans un esprit constructif de collaboration entre les parties, comme cela leur a été notifié à cette date ;

b. dans le plus grand respect des structures actuelles du football et de son écosystème ; à cet égard, les clubs fondateurs ont expressément convenu que la Superligue n’aurait lieu que si une telle compétition était reconnue par l’UEFA et/ou la FIFA ou si, en vertu du système juridique applicable, elle était reconnue comme une compétition compatible à tous égards avec la continuité des clubs fondateurs dans leurs compétitions nationales respectives. Cependant, bien qu’elles soient au courant de ces conditions, l’UEFA et la FIFA ont refusé d’établir un véritable canal de communication ;

c. apporter une stabilité financière à l’ensemble de la famille du football européen, actuellement touchée par une crise profonde qui menace la survie de nombreux clubs ; en témoignent l’engagement pris par la Superligue de verser des paiements annuels de solidarité qui multiplient matériellement ceux offerts par l’UEFA, et l’obligation de renforcer les règles de viabilité financière par la création d’un système de contrôle clair, transparent et efficace vérifié par des experts.

3- La Superligue a été comprise par les 12 clubs fondateurs comme une opportunité unique d’offrir aux fans du monde entier le meilleur spectacle possible et d’accroître l’intérêt mondial pour ce sport, qui fait face à de nouvelles tendances générationnelles qui menacent son avenir. D’autre part, elle visait principalement à donner une impulsion au football féminin dans le monde, une occasion historique pour sa promotion.

4- Nous sommes pleinement conscients de la diversité des réactions, dans de nombreux domaines différents, à l’initiative de la Superligue e et, par conséquent, de la nécessité de réfléchir aux raisons de ces réactions et de reconsidérer l’approche proposée si nécessaire. Toutefois, nous commettrions une grave irresponsabilité si, conscients des besoins et de la crise systémique du secteur du football, circonstance qui nous a conduits à annoncer la Superligue, nous abandonnions notre mission consistant à apporter des solutions et des réponses efficaces et durables aux problèmes qui menacent le football.

5- Nous regrettons profondément que nos amis et partenaires fondateurs du projet soient plongés dans une position incohérente après avoir pris certains engagements avec l’UEFA hier. Cependant, étant donné que les problèmes matériels qui ont conduit les 12 clubs à annoncer la Superligue il y a quelques semaines n’ont pas disparu, nous réaffirmons que, par respect pour notre histoire, pour notre responsabilité envers nos membres et nos fans, pour la viabilité financière du sport et pour le bien du football, nous avons le devoir d’agir de manière responsable et de persévérer dans la recherche de solutions, malgré les pressions et les menaces inacceptables que nous continuons à recevoir de l’UEFA.

6- En conclusion, nous réitérons devant la FIFA, l’UEFA et tous les acteurs du football, comme nous l’avons fait à plusieurs reprises depuis l’annonce de la Superligue, notre engagement et notre ferme volonté de débattre, dans le respect, sans pressions intolérables et dans le respect de l’état de droit, des solutions les plus appropriées pour la pérennité de l’ensemble de la famille du football. »