Le PSG et Gana Gueye s’imposent à Bordeaux

Le PSG et Gana Gueye s'imposent à Bordeaux

Trois jours après son revers face à Reims (0-2), le PSG a retrouvé Kylian Mbappé et la victoire, ce samedi sur le terrain de Bordeaux (1-0, but de Neymar). Un match maîtrisé que les hommes de Thomas Tuchel auraient pu se rendre plus facile.

Et de trois. Sur ses trois dernières victoires en Ligue 1, le Paris Saint-Germain a gagné à chaque fois par le plus petit des scores (contre Strasbourg, Lyon et maintenant Bordeaux). Sans aucun avant-centre de métier aligné au coup d’envoi et avec Neymar en faux numéro 9, entouré de Di Marìa et d’un Sarabia en manque cruel d’inspiration, le PSG s’en est sorti grâce à l’entrée fracassante de Kylian Mbappé à l’heure de jeu. Le génie français a débloqué la situation dix minutes plus tard (70e), en offrant un centre à ras-de-terre parfait à Neymar, qui a transformé sans difficulté à bout portant.

Et les Girondins peuvent s’en vouloir. Alors que Paris peine à tromper un Benoît Costil impérial (six parades au total) pendant la majorité de la rencontre, les hommes de Paulo Sousa n’en ont pas profité, n’utilisant pratiquement jamais la transition, ce qui fait pourtant leur force depuis le début de saison. Si l’on omet l’hyperactif Hwang, les Bordelais se sont montré beaucoup trop timides (un seul tir cadré sur l’intégralité de la rencontre) pour espérer quoi que ce soit. Les Parisiens repartent donc de l’avant en Championnat après la désillusion face à Reims (0-2), et confortent leur place de leader devant Nantes et Angers.

Mbappé l’indispensable

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. Une formule qui paraît évidente pour qualifier le retour gagnant du numéro 7 parisien. Alors que son équipe paraissait en manque d’inspiration offensive sur les quatre derniers matches de Ligue 1 disputés sans lui, le contraste a été criant lorsqu’il est entré sur la pelouse. En une grosse demi-heure, Kylian Mbappé a mis le feu dans la défense girondine. Débordements, redoublements de passes avec Neymar, dribbles chaloupés et changements de rythme : l’attaque parisienne avec ou sans lui, c’est le jour et la nuit. Et si certains en doutaient encore, l’impact qu’il a apporté ce samedi par son entrée en jeu a confirmé une fois de plus à quel point il est précieux.

Une transition bordelaise stérile

S’il y avait bien un match où il fallait être solide en défense et audacieux en contre, c’était cette réception d’un PSG qui s’est montré friable en Ligue 1 ces dernières semaines. Alors qu’ils sont tout à fait capables d’être performants dans cet exercice, comme ils l’ont par exemple montré face à Metz (victoire 2-0), les Girondins se sont cette fois trompés dans toutes leurs opportunités d’attaques rapides. Otavio a fait un bon travail à la récupération ainsi qu’à la relance, Hwang s’est démultiplié au pressing et dans son rôle de liant entre le milieu et l’attaque, mais rien à faire. Bordeaux ne s’est jamais montré dangereux et mérite clairement sa défaite.