Ligue des champions : Chelsea et Liverpool battus, le très gros carton de Salzbourg… Le résumé !

Ligue des champions : Chelsea et Liverpool battus, le très gros carton de Salzbourg... Le résumé !

Liverpool terrassé à Naples, Salzbourg explosif, Leipzig costaud, Chelsea surpris par Valence : retour sur les autres matches de 21 heures pour cette première soirée de Ligue des champions 2019-20.

Groupe E : Naples 2-0 Liverpool

L’année dernière, tout avait failli s’arrêter dès la phase de groupes pour Liverpool. Malmenés par le Napoli, il s’en était fallu de peu que les Reds n’aillent jouer la victoire en Ligue Europa plutôt qu’en Ligue des champions. Rebelote : si Liverpool s’est créée quelques belles occasions et pouvait espérer gagner, par l’intermédiaire de Firmino (42e) ou Salah (65e), les Napolitains de Carlo Ancelotti les ont très bien contenu défensivement. Malgré des attaques parfois stéréotypées, ces derniers n’ont pas volé leur victoire. Naples a d’abord cru faire la différence sur une tentative acrobatique de Dries Mertens (48e), mais Adrian, dans les cages, s’est montré héroïque. Celui-ci a presque failli récidiver, en touchant la balle sur le penalty réussi du Belge (80e). Adrian a encore touché la balle sur le deuxième but adverse, inscrit par la recrue Fernando Llorente dans les arrêts de jeu. Dans une ambiance indescriptible.

L’homme du match : Kalidou Koulibaly. Positionnement impeccable, impact physique imprenable, Koulibaly a trouvé autour de lui un bloc équipe mettant en valeur ses qualités, et qui lui évite de s’occuper de la relance. Son duel à distance avec Virgil van Dijk a peut-être opposé les deux meilleurs du monde à leur poste.

Groupe E : Red Bull Salzbourg 6-2 Genk

Salzbourg donne des ailes : 5-1 à la pause, 6-2 à la fin. Le jeune Erling Haaland (19 ans), qui s’était signalé cet été par un record de neuf buts en un seul match lors du Mondial U20, a inscrit dès la deuxième minute son… quinzième but de la saison. Puis le seizième, en ajustant le gardien au ras du poteau (34e), et le dix-septième du bout du pied (45e). Omniprésent, capable de décrocher fluidifier le jeu avant de foncer dans la surface se procurer une occasion, le Norvégien est le grand bonhomme de ce match. Hwang Hee-Chan (36e), Szoboszlai (45e+2) et Ulmer (66e) ont enfoncé le clou. Seul les buts de Lucumi (40e) et Samatta (53e) ont sauvé l’honneur d’une équipe de Genk correcte devant, mais complètement à la rue défensivement.

Lyon débute timidement face au Zénith Saint-Petersbourg (1-1)

Fébrile défensivement et pas franchement inspiré offensivement, Lyon, mené au score, a sauvé les meubles en arrachant le nul, à la maison, face au Zénith Saint-Petersbourg (1-1). Des débuts tout sauf rêvés…

Groupe G : Benfica 1-2 RB Leipzig

Test sur test pour le RB Leipzig. Après avoir éprouvé son statut de leader de Bundesliga contre le Bayern, samedi (1-1), Julian Nagelsmann et ses hommes devaient aussi démontrer leur force en Europe. Pari réussi : si Leipzig n’a pas su déployer son habituel jeu offensif sur 90 minutes, stérilisé par une intelligente équipe de Benfica, il aura su faire la différence sur des coups : c’est l’inévitable Timo Werner qui a permis à son équipe de prendre la tête de son groupe, celui de Lyon, par un doublé (68e, 78e). Dans ce contexte, la réduction de l’écart par Seferovic (84e) n’est qu’anecdotique.

Le LOSC tombe à Amsterdam face à un collectif de l’Ajax bien trop au-dessus

De retour en poules de Ligue des champions pour la première fois depuis la saison 2012-13, Lille est tombé logiquement sur la pelouse de l’Ajax (3-0, buts de Promes, Alvarez et Tagliafico). Le demi-finaliste de la précédente édition a offert une prestation collective de haute volée. Mais quelques loupés nordistes pourront donner des (gros) regrets à Christophe Galtier.

Groupe H : Chelsea 0-1 Valence

Frank Lampard avait prévenu : ne pas prendre à la légère Valence, malgré la crise qui affecte le club suite au licenciement brutal de son coach Marcelino. Forcés de conserver le ballon face à une équipe espagnole bien en place, les Blues n’ont pas pu mettre en place le jeu vertical et rapide qui fait briller leur attaque en Premier League. Et c’est sur la seule frappe dans la surface du match que Rodrigo s’est offert une jolie reprise de volée en pivot, sur un tout aussi joli coup de patte de Dani Parejo (74e). Chelsea a cru sauver un point de ce match-piège, mais le penalty de Ross Barkley a tapé la barre à la 87e, et les tentatives de dernière minute n’auront rien changé. Toujours sous pression en dehors du terrain, Valence s’offre un résultat de référence.