Liverpool-City, Mané plonge, marque et Guardiola perd

Liverpool-City, Mané plonge, marque et Guardiola perdLiverpool fait le break. Dans le choc du week-end, Jürgen Klopp a pris le dessus sur Pep Guardiola et prend le large au classement (3-1). Fabinho, Mané et Salah ont marqué. Mais le plus dur commence…

Sur les bancs de touche, deux figures, deux légendes, deux personnalités et deux visions. Le dogme de la possession face à l’éloge de la transition et du pressing, pour offrir un match toujours plus attendu entre le champion d’Europe en titre et le dernier champion d’Angleterre. Le spectacle fut au rendez-vous, avec quatre buts – pas les plus laids de la saison – pour une victoire finale pour Jürgen Klopp sur Pep Guardiola. Les coéquipiers de Virgil van Dijk n’ont toujours pas perdu en Premier League et, passées les scories de l’arbitrage et des deux mimines suspectes de Trent Alexander-Arnold, c’en est bien mérité tant Liverpool a fait, une grosse heure durant, la leçon à Man City. Dépassés avec comme sans ballon – surtout sans ! -, Kevin de Bruyne et sa bande n’ont pu que constater les dégâts successivement causés par Fabinho (6e), Mohamed Salah (13e) et Sadio Mané (51e).

A relire: Guardiola à Sadio Mané : « Je l’admire beaucoup »

Fort d’un collectif rodé, soudé et toujours prompt à faire les efforts, Anfield rugissait son plaisir de voir le destin leur sourire enfin. Près de 30 ans après le dernier titre, ce match sonne cependant comme le début des hostilités. Il va falloir tenir, se battre presque, pour éviter le fiasco de l’an dernier, théâtre du retour de Man City au classement après une succession de mauvais résultats. Mais au jour J, Liverpool compte 8 points d’avance sur Leicester et Chelsea, 9 sur Man City. L’aventure sera longue. Et les efforts conciliées de ce onze semblent aujourd’hui insubmersibles. Nous sommes le 10 novembre, rendez-vous 8 mois.

Le but de Mané:

Playmakers de l’ombre

C’est l’histoire d’un Écossais, d’un Anglais et d’un Brésilien. Ce n’est pas le début d’une mauvaise blague, plutôt celui d’une belle aventure qui dure depuis déjà deux saisons et régale le Royaume de Grande-Bretagne comme le monde du football. Encore fantastiques en cette après-midi de novembre, Andy Robertson, Trent Alexander-Arnold et Fabinho ont été les grands artisans du succès de Liverpool. Le milieu a planté la première banderille (6e) d’un missile lointain, les deux latéraux se sont chargés de mettre Salah dans un fauteuil pour conclure (13e), et c’est dans une maîtrise toute particulière – hormis une fin de match tendue – que le trio a ensuite excellé. Les plus beaux ambassadeurs de la philosophie Klopp, ce sont eux.

A relire : Sadio Mané répond à Pep Guardiola

Air défense pour Skyblues dépassés

Plus de son plus d’image. L’air hagard, la mine des mauvais jours, Pep Guardiola ne pouvait que constater l’ampleur des dégâts. Victime et coupable, la défense des Skyblues a implosé sous les assauts des Reds. Oublis, alignement, impact, déficit qualitatif, transitions défensives : rien n’a fonctionné. Pas plus que la réussite, qui a quitté le quinté Angeliño-Fernandinho-Stones-Walker-Bravo dès la sixième minute. City a viré au bleu nuit dans la pénombre d’Anfield.