Naples: Trois matches sans victoire, l’état de crise déclaré

Naples: Trois matches sans victoire, l'état de crise déclaréAprès trois matches sans victoire, Naples a décrété l’état de crise. Avant la réception de Salzbourg en Ligue des Champions, le président Aurelio de Laurentiis a convoqué une mise au vert de tout l’effectif, et ce, jusqu’à dimanche !

Concurrent n° 1 déclaré de la Juventus en Italie, Naples pointe déjà à 11 longueurs de la Vieille Dame après 11 journées. Le constat est clair. Les Partenopei sont bien loin de leurs standards habituels, comptant 7 points de moins que la saison passée à pareil moment . Le revers essuyé samedi sur la pelouse de l’AS Roma en est le dernier symbole (2-1, 11e journée). Une défaite qui porte à trois le nombre de matches consécutifs sans victoire. Le début d’une série noire pour Carlo Ancelotti et ses hommes. L’expérimenté technicien italien, qui ne semble pour l’heure pas particulièrement en danger, entend toutefois rapidement changer la donne. Il a demandé à ses joueurs de se libérer dans le vestiaire suite à l’accident de parcours dans la Ville éternelle.

« Lâchez-vous ! Je veux voir le feu sacré en vous », a-t-il lâché à l’issue de la rencontre à en croire le Corriere dello Sport. Il n’est pas le seul à avoir tenter de secouer le groupe napolitain. Selon les information du quotidien sportif italien, le directeur sportif Cristiano Giuntoli est également intervenu face à Lorenzo Insigne et ses partenaires. Tout le monde semble d’ailleurs sur la même longueur d’onde dans les hautes sphères du club puisque le président Aurelio de Laurentiis a convoqué ses éléments pour une mise au vert qui s’étirera jusqu’à dimanche ! « C’est moi qui ai décidé. Ce n’est pas une punition, l’objectif est de consolider le groupe. (…) La préparation estivale n’a pas créé l’amalgame attendu », a expliqué le patron de l’écurie italienne.

Plusieurs symptômes

L’idée est de créer un électrochoc pour relancer la machine au plus vite. L’état d’urgence est décrété puisque, ce mardi, au San Paolo, les Autrichiens de Salzbourg débarquent pour la 4e journée de Ligue des Champions. Un rendez-vous clé pour les Transalpins, qui peuvent déjà presque valider leur billet pour les 8es de finale en cas de victoire. Dimanche, c’est le Genoa de Thiago Motta qui se présentera dans l’enceinte napolitaine pour le compte de la 12e journée. Et là encore, vu l’écart avec les deux premiers du classement (la Juve et l’Inter Milan), la victoire est impérative.

Ancelotti, son staff et la direction auront plusieurs messages à faire passer, au sujet, notamment, de l’irrégularité chronique de plusieurs éléments, capables du meilleur contre Liverpool (2-0, 1ère journée de LdC) comme du pire contre l’AS Roma. Kalidou Koulibaly, impérial lors du dernier exercice, l’est un peu moins et voit fleurir les premières critiques à son encontre. Allan, sentinelle brésilienne, n’a pas de véritable remplaçant au sein du groupe et ses absences coûtent donc cher. Quant à l’attaque, elle est pointée du doigt pour son manque de réalisme. Cette méthode forte, à l’heure où d’autres suppriment purement et simplement les mises au vert, portera-t-elle ses fruits ? On le saura d’ici la fin de la semaine…